AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i hate you, sister (ft. léo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-un ans.
CÔTÉ COEUR : célibâtarde.
QUARTIER D'HABITATION : clifton.
AVATAR : mimi elashiry.
CRÉDIT : soapflaws. (av)

MESSAGES : 83
POINTS : 435
DATE D'INSCRIPTION : 23/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: i hate you, sister (ft. léo)   Jeu 23 Nov - 19:02

Avec Soen, nous étions censés nous voir ce soir, sortir, faire la fête ensemble comme au bon vieux temps. Seulement lui et moi. Nous. Parce que sa compagnie valait bien plus que celle de la plus part des gens de mon entourage. Parce que Soen, il me fait sentir différente, importante. Et même si je ne suis pas encore prête à me l'avouer, Soen il m'est essentiel, un peu comme une bouffée d'air, il me fait un bien fou dès qu'il est là, son sourire et son regard fait des ravages à l'intérieur de moi. Soen, il pourrait me demander de le suivre au bout du monde et je le suivrais, sans me poser aucune question. Toc. Toc. Toc. J'attends. Aucune réponse. Second toc. La porte s'ouvre et instantanément je perds mon sourire. Léo, ma cousine, ma sœur, appelez la comme vous voulez, se tient debout, face à moi, un sourire moqueur aux lèvres. Parce qu'elle sait; je suis pas en accord avec leur colocation. Parce que malgré ses allures angéliques, elle est maléfique, Léo. Et elle veut me faire tomber, Léo, m'éloigner de Soen, parce qu'au fond; elle croit que je suis une menace pour elle. Et elle n'a pas tord. « Soen m'a demandé de venir le rejoindre ici. Il est là ? » Elle secoue la tête, son sourire diabolique toujours accroché aux lèvres, mais me laisse tout de même entrer. Tu peux l'attendre à l'intérieur, si tu veux, qu'elle me dit. J'entre à l'intérieur et subtilement je jettes un regard aux deux chambres, au fond du couloir, pour m'assurer que chacun des lits est bien défait. Je viens régulièrement rendre visite à Soen, et à chaque fois, je regarde l'état de leur chambre, de leur lit et de leur draps, comme pour m'assurer qu'ils n'ont pas passés la nuit ensemble. Même si j'en ai aucune certitudes, ça me fait du bien intérieurement, d'espérer, qu'il ne s'est rien passé. Prenant place sur l'une des chaises de la cuisine, je ne peux m'empêcher de penser que Soen, est entrain de me délaisser, pour elle et même si je voudrais l'arrêter, j'en ai pas le droit. Alors je me torture, à le regarder faire son manège sur une autre, alors qu'il y a pas si longtemps, c'est pour moi et uniquement moi qu'il se battait. Et le plus difficile dans tout ça, c'est que même si je tentais de le rendre jaloux avec un autre homme, j'y arrive pas, incapable d'en trouver un plus beau que lui. Il mérite tellement mieux qu'une blondasse décervelée, Soen. Puis, en sentant le regard de cette dite blondasse, peser sur ma personne, je soupire bruyamment, en plantant mon regard dans le siens. « Léo, arrête de me regarder et rend toi utile, tu veux ? Sers moi un verre, stp. » Un, deux ou même trois verres, parce que sa présence m'insupporte.  



Revenir en haut Aller en bas
avatar

AGE : vingt-quatre yo
CÔTÉ COEUR : célibataire
QUARTIER D'HABITATION : en colocation, avec soen
AVATAR : alexis ren
CRÉDIT : ailahoz

MESSAGES : 118
POINTS : 360
DATE D'INSCRIPTION : 26/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i hate you, sister (ft. léo)   Sam 25 Nov - 19:20

Tu es tranquillement assise sur le canapé du salon, regardant un film qui passe en boucle à la télé. Entre le sommeil et l'éveil, tu hésites à t'assoupir quelques instant sur le canapé, histoire de faire une sieste et de reprendre l'énergie que tu as dépensé au club, hier soir. Tu en garde de bon souvenir, mais ton estomac ne peux pas en dire autant. Entre les cachets et l'alcool, tu as rapidement perdu le contrôle. Mais tu as l'habitude, tu vis d'excès et d'abus, mais tu le vis assez bien. C'est ton mode de vie depuis si longtemps déjà et qu'importe ce que les gens peuvent bien en penser, tu en as rien à faire, parce que tu cries haut et fort que tu contrôles la situation, même si la vérité est tout autre. Tu es trop jeune pour te soucier de ce que demain sera fait, tu vis au jour le jour, préférant n'avoir aucun regret, le moment venu. Sur le point de rejoindre morphée, on cogne plusieurs fois à la porte. T'essaie d'ignorer, préférant dormir plutôt que de taper la discussion, peu importe à la personne qui se trouvait à l'extérieur, mais de nouveau battement contre le porte se fait entendre une seconde fois. Dans un long soupir, tu te lèves du sofa et tu vas ouvrir la porte, d'un pas lasse. « Soen m'a demandé de venir le rejoindre ici. Il est là ? » Pas même un bonjour, où sont passé les bonnes manières, Effy ? Tu souris, avec ton éternel sourire provocateur, qui ont fait tombés plusieurs hommes, mais aussi rendu folles plusieurs femmes. Effy en est l'exemple parfaite. Même si elle tente de ne rien montrer, tu sais que tu arrives à la faire bouillir de l'intérieur. Tu as vécu pratiquement la moitié de ta vie à ses côtés, tu la connais bien, mais pourtant, tu n'as jamais réussi à l'appréciée. Peut-être étiez vous trop différente, toujours à vous faire la guerre pour savoir qui était la meilleure, pour vous entendre. Depuis peu, tu as appris qu'elle était ta soeur, ça t'a fait ni chaud, ni froid, parce que à tes yeux, elle n'était rien de plus qu'une rivale et ce, depuis des années, bien avant Soen. « Tu peux l'attendre à l'intérieur, si tu veux. » Elle entre, alors que secrètement, tu espérais qu'elle rebrousse chemin et qu'elle retourne là, où sa présence était voulu. Mais tu lui souris, sans la lâcher du regarde une seule seconde, jusqu'au moment où elle te demande de lui servir à boire. Tu lèves les mains légèrement en l'air, comme pour lui faire comprendre que tu as compris le message et tu attrapes plusieurs bouteilles qui était cachés sous le levier, avant de les mettre en évidence sur le comptoir de la cuisine. « T'as l'embarras du choix. Whisky, Vodka, Gin, Tequila... Ah non, il reste plus de Tequila, désolée. » Tu rigoles bêtement, l'air niaise. Puis tu vous serres à boire, avant d'aller prendre place sur la chaise devant elle, lui tendant ainsi son verre de Whisky. Tu prends une grosse gorgée et instantanément, ça te détend. « Vous avez prévu quoi pour ce soir ? Je peux vous accompagnez, je suis certaine que Soen n'y verra aucun inconvénient. » Tu lui dis ça, aussi naturellement que possible, comme pour lui faire comprendre que vous étiez proche maintenant, lui et toi. Et tu sais que ça la fera réagir, c'était le but, puisque tu n'as pas envie de les voir se rapprocher de nouveau. Tu connais leur histoire, tu sais que Effy a mis un terme à leur relation pour partir à l'université, et pendant ce temps, tu t'es rapproché de lui, vous mettant rapidement en colocation. Tu n'as pas envie que les choses changent entre vous, peut-être que c'était égoïste voir même un plan machiavélique, mais tu l'assumes entièrement.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-un ans.
CÔTÉ COEUR : célibâtarde.
QUARTIER D'HABITATION : clifton.
AVATAR : mimi elashiry.
CRÉDIT : soapflaws. (av)

MESSAGES : 83
POINTS : 435
DATE D'INSCRIPTION : 23/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i hate you, sister (ft. léo)   Ven 15 Déc - 21:52

Je me prends la claque de ma vie lorsqu'elle fait référence à ma soirée avec Soen. Elle m'avait lâchée cette bombe avec un naturel déconcertant. Et même si au fond, je savais que c'était une façon subtile bien à elle de me provoquer alors je tente de ne rien démontrer. Restant impassible, je la scrute en détail de mes iris, à la recherche de la moindre parcelle de réaction, voir même de compassion. Mais rien. Au jeu de la provocation, elle était douée, la Léo. Voir même la meilleure. Je me suis souvent surprise à me demander ce qui pouvait bien se passer dans sa tête, pour qu'elle soit comme ça en permanence. Léo, elle a un caractère bien à elle et même si j'ai longtemps essayée de l'apprivoiser lorsque nous étions encore des gamines, j'ai jamais réussi à créer de lien avec elle; la blonde m'ayant rapidement fait comprendre par un seul regard, qu'elle ne comptait pas faire amie/amie avec moi. À peine sept ans et elle était et est toujours une vraie garce. J'arrive toujours pas à comprendre comment Soen fait pour la supporter, pour vivre dans le même appartement qu'elle, se coltiner sa présence, comme une sangsue, sans en avoir marre. Léo, c'est comme un poison, un virus; plus tu mettais de distance entre vous, mieux tu te portais, mais Soen fait exactement le contraire, comme s'il voyait pas à quel jeu malsain elle jouait. C'est pourtant évident, elle se joue de lui, seulement pour arriver à ses fins. Ouais, je doute qu'elle soit honnête avec lui, qu'elle puisse l'apprécier autant que je le peux. L'aimer. Et pour une fois que j'avais une soirée de libre, que je pouvais passer seule avec Soen, il était improbable que je laisse Léo s'incruster. Inconcevable. Alors je dépose mes coudes sur le bout de la table et m'avance légèrement, sans la quitter des yeux. « C'est Soen qui a eu l'idée de cette soirée. S'il aurait voulu que tu sois là, tu crois pas qu'il t'aurait déjà invitée ? » Rend toi à l'évidence, Léo, tu n'arriveras pas à gâcher ma soirée. Pas cette fois. J'attrape mon verre a l'aide de mes deux mains et j'avale la dernière gorgée, avant de le déposer doucement sur la table. Mais, j'ai des fourmis dans la main, ça me bouffe la paume et remonte jusqu'à mon épaule. Un sentiment de jalousie parcourt mon sang jusqu'à le glacer. Je me déteste quand je suis avec elle, ça fait remonter pleins de choses que je n'ai pas envie de savoir, de ressentir. Parce qu'elle est belle, Léo. Tellement belle. Et ça me fait royalement chier. J'aurais aimée à cet instant précis; être plus maquillée, en petite robe et plus pomponnée, seulement pour remonter mon estime, parce que même en ayant aucun maquillage, les cheveux ébouriffée, Léo demeure tout autant magnifique. Puis, je me racle la gorge, avant de détourner la tête, mon regard se posant ainsi par accident sur une photo de famille. Photo de famille sur la qu'elle; je ne suis pas. Je me lève donc de la chaise et m'avance vers le mur, scrutant chaque centimètres du visage minuscule de mes parents. Je reste là, quelques secondes sans bouger, avant de me retourner vers Léo. « Ils étaient comment ? Nos parents ? » J'avais jamais vraiment eu la chance de réellement les connaitre. Je peux compter sur mes deux mains, le nombre de fois que j'ai pu les voir dans ma vie et une boule se forme au creux de ma gorge et pour la première fois depuis longtemps; je constate qu'il reste un part de sensibilité chez Léo. Parce qu'elle détourne instinctivement le regard, lorsque je me retourne vers elle. Le silence est pesant, l’atmosphère est lourde. S'il y a quelques minutes nous étions prêtes à nous engueulez une seconde fois pour le même garçon, c'était tout autre à présent.    



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i hate you, sister (ft. léo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
i hate you, sister (ft. léo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» love and hate
» I hate Joffrey Baratheon
» [EDH] Ulasht, the Hate Seed
» Wolf and Sister
» Résister au tribunal du Moongang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Live your life :: bristol east. :: Redcliffe-
Sauter vers: