AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 after the storm. ≈ adriana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

AGE : vingt et un ans.
CÔTÉ COEUR : côté cul.
QUARTIER D'HABITATION : centre-ville.
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDIT : © nightblood (av.) mine + insta@giza

MESSAGES : 41
POINTS : 230
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: after the storm. ≈ adriana   Mar 24 Oct - 16:32


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Le temps est maussade à l'extérieur, la soirée est bien entamée, le corps de la demoiselle est tranquillement affalé sur le canapé. Télécommande à la main, elle fait défiler les chaînes; le regard dans le vague. Le tableau vu de l'extérieur donne un air complètement décontracté, mais en réalité Penny se sent comme une lionne en cage. L'envie de sortir, d'arpenter les rues sombres de la ville lui prend aux tripes, mais elle doit se retenir; elle doit tout faire pour ne pas franchir le seuil de la porte de son appartement, car ce soir semble être une soirée propice à la rechute, à la connerie. Doucement, Penny se redresse et s'avance un peu plus sur le canapé demeurant en position assise, se passant les deux mains dans sa tignasse ébène alors qu'elle inspire et expire tranquillement se concentrant sur sa respiration, du moins essayant de s'y concentrer. Finalement, on frappe à la porte; signe quelconque? Penny se fige un instant croyant qu'elle est entrain d'halluciner complètement, mais à nouveau on frappe te ramenant à la réalité. « J'arrive..» Marmonne-t-elle en se levant du fameux canapé pour se rendre à la porte et ouvrir. Penny affiche un air un peu surprise en apercevant Adriana sous le pas de sa porte, une Adriana qui rapidement comme ça, ne semble pas dans son état normal. Cependant, Penny joue l'innocente ne désirant pas la faire fuir où qu'elle se braque, Penny est loin d'être une âme moralisatrice au contraire; elle n'a pas été une sainte et loin de là. « Hey..» Elle sourit discrètement, chose qui est plutôt rare chez la jeune Bussby. Doucement, elle se décale de la porte pour la laisser entrer, cependant la situation semble pénible pour la brunette qui a du mal à tenir sur ses pieds. Instinctivement, Penny s'avance vers elle pour la retenir et l'empêcher de tomber. « Ça va aller, je suis là..» Qu'elle lui souffle, des paroles dites comme ça sur le coup du moment et pourtant lourdes de sens. Penny la supporte et l'amènes au canapé, alors qu'elle s'y rend; elle peut sentir l'odeur de l'alcool dû à la proximité et l'haleine de la demoiselle, Penny se retient de respirer non pas, parce qu'elle trouve cela horrible; uniquement qu'elle souhaite limité tout ce qui peut avoir un lien avec l'alcool. Finalement, elle l'aide à s'asseoir sur le canapé et elle reprend la parole; « Bouge pas, je vais te chercher des aspirines et de l'eau.» Elle lui jette un dernier coup de d'oeil avant de se déplacer à la cuisine après avoir refermer la porte de son appartement et verrouiller à double tour. Jamais Penny aurait cru qu'elle jouerait les infirmières si tard dans la nuit, mais cette visite surprise lui a sauvé la mise et empêcher de mettre les pieds dehors, du moins pour ce soir. Doucement, Penny revient vers la belle brune qui malgré son air alcoolisé, son visage un peu barbouillé, est toujours aussi jolie. Bien sûr, commentaire qu'elle gardera pour elle. « Tiens, avale ça..» Qu'elle dit en lui tendant les aspirines et le verre d'eau avant de prendre place à ses côtés. Le silence s'installe et la jeune femme observe son invité avant de dire; « Dure soirée?» Cela n'était pas un reproche, juste pour la taquiner un peu; d'ailleurs un sourire amusé et discret se loge à la commissure de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-trois ans.
CÔTÉ COEUR : c'est la pagaille.
QUARTIER D'HABITATION : en colocation avec andy, adam, chuck et keeran.
AVATAR : ellie martin.
CRÉDIT : ailahoz.

MESSAGES : 298
POINTS : 742
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Mer 25 Oct - 1:56


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Au club avec Jake, j'ai plus la notion du temps. Les gens filent et défilent sur la piste de danse et les yeux fermés, je ne vois plus rien. je n’entends plus rien d’autre que la musique. mon verre à moitié vide à la main, je ne compte plus le nombre de verres que je me suis enfiler au cours de la soirée, mais je continue de bouger, de tourner sur moi-même. Je souris. Même que je ris. Un peu trop fort même mais toujours suffisamment bas pour que la musique couvre ma voix. Je me sens légères. Je plane littéralement avec cette impression agréable d’être sur un nuage. Mon nuage. Dans ces moments là, j'oublie tout. Ce qui m’entoure. Les gens autour de moi. Les quelques regards mauvais devant tant d’insouciance. J'oublie la réalité et j'oublie presque l'endroit où je suis en ce moment. Et lorsque j'ouvre enfin les yeux, je croise les iris de Jake qui fixe mon corps se déhancher au rythme de la musique. La magie s'est rompue. Je sors de ma bulle. Maintenant, je les vois, les autres. Je titube, manquant m'écrouler au sol; Jake me demande si ça va. Mais je l'ignore, lui faisant ainsi croire que je ne l'avais pas entendu à travers la musique. Même si en réalité, elle n’était pas si forte que ça. Puis je porte mon regard sur mon verre à présent vide, avant de regarder longuement autour de moi. L'euphorie que je ressentais quelques instant plus tôt s'était évaporé complètement. J'avais le tournis, la nausée. J'avais qu'une seule envie; sortir d'ici. J'te ramène chez toi, qu'il me dit. Je secoue vivement la tête, ce qui amplifie mon étourdissement. Mauvaise idée. « Non, pas chez moi. » Que je lui murmure au creux de l'oreille. J'avais pas envie de rentrer chez moi et de devoir répondre aux questions de mes colocs et en particulier aux questions d'Andy et ses regards réprobateurs. Qu'est-ce que j'en avais rien à faire. C'est dans un marmonnement presque incompréhensible que je fila l'adresse de Penny, à Jake. Et sans même prendre la peine de répondre à ses questionnements concernant la personne qui vivait à cette adresse, j'entre à bord de sa voiture, mon regard se perdant sur la route et les rues qui défilaient sans cesse. C'était étourdissant. La vitre baissée, la brise sur mon visage, mes yeux se fermèrent.

Une fois sur place, lorsque j'ouvre mes yeux j'ai l'impression que mes paupières pèsent une tonne, mes jambes aussi d'ailleurs. À un tel point que Jake doit m'aider à sortir de la voiture et c'est à ce moment que mon ego en prend un sacré coup, donc sans prévenir, je le repousse et lui assure que je vais bien en faisant mon maximum pour me concentrer à marcher droit, ayant pas envie qu'il me raccompagne jusqu'à la porte de Penny, comme une nounou. L'horreur. La honte. Je préfère pas y penser. La nuit est déjà très avancée quand je cogne à sa porte, sans penser une seule seconde qu'elle pouvait dormir ou bien; être avec quelqu'un ? À l'habitude j'aurais rebroussée chemin face à cette pensée, mais là j'avais plus les idées très clair et l'envie de la voir là, tout de suite était plus puissante que mon envie de dormir. La porte s'ouvre et je souris à pleine dent, comme une gamine le jour de noël en découvrant les cadeaux sous le sapin. Passant un bras autour de son cou j'éclate de rire face à cette situation des plus improbables; j'étais pas le genre de fille à finir sur le cul, mais là, je dois avouer que j'avais largement abusée des bonnes choses. « Penny, j'suis trop contente que tu sois là. » Ironie de la chose, j'étais chez elle, évidement qu'elle y était. Je m'étale sur le canapé comme une pauvre larve et je soupire bruyamment suite à ses paroles. « T'aurais pas un truc un peu plus fort ? » J'éclate de rire et lorsqu'elle revient au salon, j'attrape le verre d'eau et j'avale l'aspirine en faisant une grimace. Chose certaine, c'est que j'étais plus capable de rien avaler pour ce soir. Penny à mes côtés, je la regarde de mes grands iris bleus océan et je ne peux m'empêcher de remarquer à quelle point elle est belle. Elle l'a toujours été, certes, mais j'avais l'impression qu'elle l'était encore plus sur le moment. « Dure soirée? » J'acquiesce en souriant, me remémorant ma soirée, enfin, le début de ma soirée, ayant plus trop souvenir de ce qui s'était passé après mon sixième verres. « T'as pas idée à quel point. Mais je suis contente de te voir, j'avais pas envie de rentrer, pas avant de t'avoir vu. » Je sais pas trop pourquoi je lui dis ça en fait, mais c'était de loin le truc le plus censé que j'ai dis au cours de la nuit. Mes yeux se posent de nouveau sur elle, silencieuse je la contemple du regard et pris d'une sorte de décharge électrique, j'ai l'impression de ressentir des trucs au creux de mon ventre. Mes lèvres la réclament, mon corps l'appellent. J'ai pas l'habitude d'être aussi entreprenante et aussi rapidement, alors que ça faisant à peine quelques minutes que j'étais arrivé. Mais Penny, sans réellement comprendre comment, elle me charme, elle me crame et mon envie de goûter ses lèvres se fait sentir. Je pourrais même parier qu'elle arrive à le ressentir. C'est donc sans prévenir que je me penche doucement vers elle, guettant sa réaction et que je plaque mes lèvres sur les siennes. Penny est la première femme que j'embrasse et la sensation que ça me procure à cette instant précis, me fait douter que ce ne sera pas la dernière fois que je prendrai plaisir à goûter ses lèvres. Puis dans un faible murmure je lui lance tout bonnement; « Il faut pas que Claio soit au courant, il nous tuerait.. » sans réaliser l'importance et les questionnements que procurerait cette phrase si innocente, mais lourde de sens.



Dernière édition par Adriana Da Silva le Sam 28 Oct - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

AGE : vingt et un ans.
CÔTÉ COEUR : côté cul.
QUARTIER D'HABITATION : centre-ville.
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDIT : © nightblood (av.) mine + insta@giza

MESSAGES : 41
POINTS : 230
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Mer 25 Oct - 11:45


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Y'a quelques temps, un temps qui semble si lointain c'était moi;c'était moi que l'on ramenait à la maison parce que je n'arrivais plus à me tenir correctement sur mes deux jambes. Une épave, voilà ce que j'étais entrain de devenir; un fantôme, une pâle copie de moi-même terne et sans vie. Derrière ces sourires forcés, ces rires trop forts, je sombrais peu à peu. J'étais entrain de me noyer devant cette marée noire de gens; j'hurlais mon désespoir à coup d'une dose de plus, dans l'espoir que quelqu'un finisse par m'entendre. J'ai hurlée à m’époumoner; puis j'ai touchée le fond et c'est là que j'ai reçu la main pour me secourir, me sortir de ces eaux profondes. Ce soir, c'est moi qui tend la main; c'est moi qui joue la sauveuse. Auparavant, j'aurais certainement rigolé et je l'aurais accompagnée sans gêne dans son délire plongeant tête première sans réfléchir aux conséquences possible. Brûler la bougie par les deux bouts, profitez de la vie comme pas deux. Pourtant, dans mes gestes; j'ai qu'une envie à cet instant précis c'est de garder Adriana loin de tout ça, la conserver encore un peu alors qu'elle possède peut-être encore cette naïveté et une tête froide pour refuser de se lancer dans cet univers sans réels issus. Quelque chose de nouveau chez moi transparaît lorsque je suis en sa présence, comme une bienveillance supplémentaire et un besoin urgent de la protéger. Étant la deuxième d'une famille de trois enfants, j'ai toujours eu cette fibre maternelle et protectrice envers ma jeune soeur; mais dans ce cas-ci c'est différent, c'est plus fort rien à voir avec un lien fraternel bien au contraire. Je lui donne le petit remède miracle pour tenter de lui éviter un mal de crâne d'ici quelques heures, parce que la nuit est vachement avancée; je ne sais pas quelle heure il peut être d'ailleurs. J'ai l'impression de perdre un peu la notion du temps, bref, je m'installe sur le canapé la guettant du regard prenant soin de l'interroger sur sa soirée qu'elle vient de vivre et elle a ce sourire; le sourire de bien-être qui dure pourtant de courte durée habituellement, lorsque l'effet de l'alcool s'estompe; mais pour l'instant, il semble bien présent sur son visage.  « T'as pas idée à quel point. Mais je suis contente de te voir, j'avais pas envie de rentrer, pas avant de t'avoir vu. »

Malgré moi, j'ai le palpitant qui rate un battement et je me maudis de ne pas pouvoir mettre ça sur le compte "du verre de trop" parce que contrairement à elle, je suis entièrement sobre. Je me contente de la dévisager, ne sachant pas trop quoi dire face à cela; de toute façon les paroles qu'elles prononcent sont dirigés par l'alcool ingéré, donc je dois empêcher mon corps de réagir de la sorte. Ses prunelles pâles viennent se fondre dans les miennes, et le temps semble être en suspend. Mon cerveau me dit de reprendre la parole, de dire quelque chose; malheureusement rien ne sort. Je ressens comme une sorte d'angoisse, un petit stress que je n'avais jamais ressentie auparavant, puisque je réussis toujours à garder le contrôle sur mes émotions ou la situation. Pourtant, à cet instant j'ai l'impression de perdre pied littéralement. Voilà qu'elle s'avance vers moi, je sens qu'elle guette une quelconque réaction de ma part; mes iris viennent à se perdre longuement sur ces lèvres rosés beaucoup trop près des miennes et j'ai soudainement cessée de respirer, puis c'est l'électrochoc au moment où nos lèvres entrent en collision. C'est doux, bouleversant, malgré que cela ne dure que quelques secondes; j'ai l'impression que mon corps pourrait en redemander encore, mais je dois revenir à la réalité et rapidement. Je ne peux pas profiter de sa vulnérabilité, je l'ai déjà fait avec d'autres gens par le passé, mais avec elle; je ne peux pas me permettre une telle chose.  Je suis encore sous le choc, encore dans le moment qui vient de se passer, ces paroles prononcés dans un murmure vienne pourtant me ramener à la réalité. « Il faut pas que Claio soit au courant, il nous tuerait.. » Sur le coup, je ne saisis pas trop le sens de sa phrase, l'information se rend à mon cerveau alors que mon regard est toujours dans le sien, mon sentiment de bien-être que je pouvais ressentir laisse place à une drôle de sensation; comme quelque chose d'amer, je fronce les sourcils essayant de comprendre l'impact de ces mots, mon visage n'est pas dure; je ne suis pas en colère, juste confuse. « T'inquiètes, ça reste entre nous..» Que je dis maladroitement, je tente de la rassurée sur le coup; sachant qu'avec la prise d'alcool parfois on s'imagine des trucs à la tonne. Je replace une mèche de mes cheveux derrière mon oreille venant à me reculer un peu d'elle, je me pince les lèvres; est-ce que j'ai vraiment envie de lui poser la fameuse question, pourtant ça me brûle atrocement les lèvres et je ne peux pas faire autrement. « Pourquoi, il nous tuerait Claio?» Que je demande après de longues secondes à garder le silence, à peser le pour et le contre dans ma tête. Je sais qu'elle et Claio ont ce lien particulier; je sais qu'elle veillait sur lui à l'hôpital lors de son accident alors que moi, je n'y arrivais pas. Je me doute que ça doit rapprocher les gens; dans une tragédie aussi grande que celle-ci, mais au fond de moi; je ressens une sorte d'agacement et j'espère avoir tord.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-trois ans.
CÔTÉ COEUR : c'est la pagaille.
QUARTIER D'HABITATION : en colocation avec andy, adam, chuck et keeran.
AVATAR : ellie martin.
CRÉDIT : ailahoz.

MESSAGES : 298
POINTS : 742
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Sam 28 Oct - 23:00


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Penny a été la seule personne à la quelle j'ai pensé lorsque Jake m'a proposé de me ramener. C'était elle. Uniquement elle que j'avais envie de voir, malgré mon état d'ébriété assez avancé. Je ne savais pas si elle dormait, ni même si elle était avec quelqu'un. Je n'avais pas pris la peine de lui envoyer un sms, pour lui prévenir de mon arrivé. De toute façon, j'étais trop dans les vapes pour penser à ce genre de détail. Alors quand elle m'a ouverte la porte d'entrée, j'étais à la fois étonnée et excitée de la découvrir sur le paillasson. Et c'est sans gêne que je pénétra à l'intérieur de son appartement, lorsqu'elle s'écarta pour me laisser entrer. J'avais plus les idées très clair, l'esprit embrouillé par l'alcool. Mon état était des plus lamentable, mais je m'en fichais, car je ne ressentais pas de jugement de sa part vis à vis mon état. C'était l'une des choses que je préférais le plus chez elle; sa capacité à ne jamais me juger. Je pouvais toujours être moi-même avec elle, quelque soit mon état. De plus, sa compagnie était toujours des plus agréable, alors quoi demander de plus ? Assise sur son canapé, je me perds rapidement dans son regard. Elle est belle Penny. Magnifique. Sa beauté m'a toujours fait chavirée, jamais laissé de marbre. Même si je ne comprenais pas très bien comment elle pouvait avoir cet effet sur moi. Parce qu'il m'arrivait d'être nerveuse en sa compagnie, déstabilisée aussi. Mais ce soir, c'était différent. J'avais une montée d'adrénaline en sa compagnie et je m'étonna moi-même à prendre les devants, lorsque je déposa mes lèvres contre les siennes. Ces dernières était douce, beaucoup plus que je me l'était déjà imaginé. Mais mon moment d'euphorie ne dura pas bien longtemps, parce que je gâcha tout en parlant de Claio. Son frère. Mon ex. Quelle idée stupide Adriana, vraiment. « Pourquoi, il nous tuerait Claio? » Je me redresse. Recule. Détourne le regard. Merde. Claio ne lui avait-il donc jamais parlé de nous ? Moi qui croyait qu'il lui en aurait parlé depuis le temps, à en voir la curiosité et l'incompréhension sur son visage, j'en déduis rapidement que; non. Je reste silencieuse quelques secondes, en réalisant l'énorme erreur que je venais de commettre. Je venais de tout gâcher. Cette nuit. Ce moment. Je redoutais le moment où je me devrais de lui expliquer, parce que j'avais merdé et que je pouvais plus faire marche arrière dorénavant. Je suis désolée, ça se lis sur mon visage et quand je tente de reprendre la parole, je fige; aucun mot ne sort de ma bouche. Alors j'hausse les épaules en soupirant et me tourne un peu plus vers elle. « Je croyais que t'étais au courant pour nous.. » Je m'humecte les lèvres et commence à jouer nerveusement avec le bout de mes doigts, signe que je commence à devenir nerveuse. C'est comme si le temps s'était arrêté, comme si le niveau d'alcool dans mon sang venait de chuter. « C'est mon ex. On est sorti ensemble six mois, après son accident. » Tandis que j'attends impatiemment sa réponse, je panique littéralement. Même si je ne le démontre pas, je panique à un tel point que j'ai envie de prendre mes jambes à mon cou et de partir, fuir ces explications et ce moment déplaisant. À en voir son regard, j'ai l'impression que je l'ai déçu ou qu'elle est fâchée. Et ça me brise le coeur, parce que j'ai peur d'avoir gâchée ce qui nous reliait, elle et moi. Cette relation fusionnelle que je n'avais pas eu avec quelqu'un depuis si longtemps. Je secoue vivement la tête et je me relève du canapé. « J'aurais pas dû dire à Jakob de me ramener ici. C'était une mauvaise idée, je suis désolée. » Je la regarde une dernière fois, la gorge nouée, mon corps tremblant de tout son être et je me dirigea vers la porte. « Je crois que je devrais rentrer, il est tard. Je vais rappeler mon pote, Jake. Il doit être encore réveillé à l'heure qu'il est, le connaissant. » Dos à elle, je ne pouvais voir sa réaction. Mais, je ne me doutais certainement pas qu'elle le connaissait et que j'allais devoir répondre à d'éventuel questions. Va vraiment falloir que j'apprenne à me la fermer. Putain de nuit en perspective.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

AGE : vingt et un ans.
CÔTÉ COEUR : côté cul.
QUARTIER D'HABITATION : centre-ville.
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDIT : © nightblood (av.) mine + insta@giza

MESSAGES : 41
POINTS : 230
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Mer 1 Nov - 18:38


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Toujours ce goût amer, cette drôle impression que les prochaines paroles qu'elle prononcera ne me feras pas nécessairement plaisir. Elle se redresse, presque aussitôt devant ma question comme si je venais de lui mettre une bombe dans les mains. « Je croyais que t'étais au courant pour nous.. » Je bouge un peu replaçant mon corps, captivé par ce qu'elle dit alors que je ne sais pas du tout de quoi, elle parle; pourtant, ça ne peut pas être plus clair que ça. elle utilise le "nous" lorsqu'elle parle de mon frère et elle; putain de merde. Devant mon visage plein de surprises, elle doit rapidement comprendre qu'effectivement, je n'étais au courant de rien. « C'est mon ex. On est sorti ensemble six mois, après son accident. » six mois, c'est quand même énorme et jamais je n'ai eu vent par mon frère de cette relation, ni même des soupçons. Je suis déçue, sur le cul aussi, je ressens un certain malaise de m'être permis de fantasmer sur cette femme alors qu'elle était la copine de mon frère. J'essaie de m'exprimer à mon tour, mais aucun mot ne sort de ma bouche, cependant la déception se lit sur mon visage et sans que j'ai le temps de dire quoi que ce soit; voilà qu'elle se met à paniquer et se lève du canapé. «J'aurais pas dû dire à Jakob de me ramener ici. C'était une mauvaise idée, je suis désolée. » Sur le coup, je ne prend même pas conscience de qui elle parle, je suis surprise par son geste de vouloir fuir et je veux dire les mots qu'il faut pour l'empêcher de franchir ma porte. C'est vrai, je suis déçue; un peu sous le choc, mais je ne souhaite pas qu'elle parte pour autant et surtout pas dans l'état actuel, dans lequel, elle se retrouve. Je me lève alors qu'elle prend le chemin de la porte et voilà qu'elle reprend; « Je crois que je devrais rentrer, il est tard. Je vais rappeler mon pote, Jake. Il doit être encore réveillé à l'heure qu'il est, le connaissant. » Soudainement, les liens se font dans ma tête et j'ai envie de rire nerveusement, tellement la situation est absurde et improbable. « C'est ton copain?» Que tu lances, en brisant le silence. Tu ne sais pas pourquoi, tu as dit ça; tu pries pour qu'elle te dise que non, tu pries pour que ce soit une vilaine blague; t'espères que c'est un autre Jake. Malheureusement, Bristol c'est une petite ville et tu as de forts doutes que ce ne soit pas le même. Ça fait des lustres que tu ne l'as pas revue d'ailleurs, vous faisiez partis de la même bande à l'époque. Un mec sympa, le genre de faux voyou souvent fourré dans des histoires pas possible. Tu t'en veux d'avoir lancer cette question de cette manière, comme si tu jouais les investigatrices. Tu te pinces les lèvres laissant échapper un soupir et tu reprends; « Ne pars pas, s'il te plaît...» Ta voix est douce et bienveillante, malgré ce que tu apprendras ce soir; tu n'as pas envie qu'elle se retrouve seule dans ses rues. Tu n'as pas non plus envie qu'elle le retrouve; mais ça c'est un autre histoire. « Si tu veux réellement rentrée, laisse-moi te ramener; ton pote, il doit avoir bu durant votre soirée, il n'est sûrement pas en état, c'est pas très prudent.» Que tu rajoutes, toujours sur le même ton. Tu ne souhaites pas faire éclater une dispute, mais tu penses que ce serait plus raisonnable. « Sinon, je te prête mon lit pour la nuit; je prendrai le canapé.» Que tu spécifies dans un haussement d'épaules, tu as soudainement ce petit sourire au coin des lèvres, tu ne veux pas qu'elle se braque comme ça, qu'elle s'éloigne de toi tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-trois ans.
CÔTÉ COEUR : c'est la pagaille.
QUARTIER D'HABITATION : en colocation avec andy, adam, chuck et keeran.
AVATAR : ellie martin.
CRÉDIT : ailahoz.

MESSAGES : 298
POINTS : 742
DATE D'INSCRIPTION : 04/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Jeu 9 Nov - 18:50


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Va savoir pourquoi, j'ai eu l'impression de la décevoir. C'est comme si instinctivement, j'avais eu ce besoin de tout gâcher. Gâcher ce moment de complicité et de tendresse. Moment que j'avais attendu depuis si longtemps. Mais c'était pas le but. C'était pas voulu. Mes mots m'avaient échappés. Ils semblaient si innocents, mais une fois prononcés, tellement lourds de sens. Je m'en voulais, j'étais mal à l'aise. Mais je me devais de lui fournir des explications. Parce qu'elle le méritait, Penny. Elle n'avait rien à se reprocher, c'est moi qui avait tout gâcher et je voulais qu'elle le sache.  C'était important pour moi. Alors je lui explique. Je lui raconte notre histoire, à Claio et moi. Je suis loin de trouver ce moment agréable et je suis persuadée qu'elle aussi, d'ailleurs. Je lui raconte tout, sans exception, en prenant la peine de ne pas rentrer dans les détails. Parce que ça n'avait plus d'importance à présent. Il y a déjà bien longtemps que je ne suis plus amoureuse de lui. Il m'arrive même parfois de penser que je n'ai jamais été complètement amoureuse. Chose certaine, je tenais à Claio, j'avais des sentiments pour lui. Mais je ne l'ai jamais aimé comme j'ai pu aimer, Andy. Mes sentiments ont toujours été confus lorsque nous étions en couple, je ne savais pas si je restais avec lui, parce que j'étais attaché à cet homme, après les épreuves qu'on avait vécu ensemble ou si c'était parce que j'avais besoin de me sentir aimée d'un homme, pour une fois. Je sais que c'était égoïste de ma part, mais après mure réflexion, j'en étais venu à la conclusion que je ne l'aimais pas d'amour seulement; que j'étais attaché à lui. Comme je suis attaché encore à lui aujourd'hui. En ami. Et c'était la même chose de son côté. Alors je n'aurais pas du m'en vouloir autant d'embrasser sa petite sœur, mais une fois mes lèvres posées sur les siennes, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander ce que Claio penserait de tout ça. Ça m'a fait paniquer, parce que j'avais l'impression à cet instant précis que j'étais entrain d'essayer de me taper tout le clan Bussby. « C'est ton copain? » Jake, mon copain ?  Je fronce les sourcils, quelque peu déçu qu'elle pense que j'aurais pu l'embrasser en étant en couple. Je n'ai jamais fait une telle chose et je ne le ferai probablement jamais. Parce que même si j'ai changé, je resterai toujours fidèle à mes principes. « Jake ? C'est un ami, rien de plus. Je serais pas ici, si ça serait le cas.. » Vrai. Puis, je me lève, prétextant que je devrais partir, parce que j'avais gâchée ce moment et cette soirée. Et parce que je ne savais pas de quel façon, j'aurais pu arranger les choses. « Si tu veux réellement rentrée, laisse-moi te ramener; ton pote, il doit avoir bu durant votre soirée, il n'est sûrement pas en état, c'est pas très prudent. Sinon, je te prête mon lit pour la nuit; je prendrai le canapé. » Je me retourne, la regarde dans les yeux. Elle a tellement sincère lorsqu'elle me regarde, que ça me fait peur, en quelque sorte. Parce que j'ai jamais eu l'habitude qu'on me regarde de cette façon. Mais je me contente d'hocher la tête en signe d'accord et je retourne vers elle, en me passant une main dans les cheveux, après avoir rigolé nerveusement. « T'as raison, je ferai mieux de rester, Jake doit être torché à l'heure qu'il est. Je l’appellerai demain et sinon.. Y a aucune chance que je te laisse pieuter sur le canapé. On peut bien partager un lit. » J'éclate de rire, avant de me laisser tomber de nouveau sur le canapé. Je disais vrai, elle n'avait rien à craindre, parce que je n'avais plus l'intention de faire un mouvement ce soir. Pas que je n'avais plus envie de l'embrasser, mais bien parce que je voulais me souvenir du goût de ses lèvres et c'est pas demain matin, avec ma gueule de bois, que je vais me rappeler avec fierté de ce moment, probablement trop préoccupée à combattre mon mal de crâne. « Je peux te poser une question ? » Je me redresse, avant de retirer ma veste, histoire de me mettre à l'aise et parce que je commençai à mourir de chaud, sous ce cuir. « Pourquoi tu voulais savoir si c'était mon copain ? » Et surtout, pourquoi avais-tu l'air de connaître ce prénom ? Mais ça, je garde cette question pour moi. Pour le moment. De toute façon, tout fini toujours par se savoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

AGE : vingt et un ans.
CÔTÉ COEUR : côté cul.
QUARTIER D'HABITATION : centre-ville.
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDIT : © nightblood (av.) mine + insta@giza

MESSAGES : 41
POINTS : 230
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   Jeu 9 Nov - 23:55


And after the storm,
I run and run as the rains come
And I look up, I look up,
On my knees and out of luck,
I look up.

@mumford and sons / after the storm.

Habituellement, si quelqu'un te disait qu'elle avait envie de partir, tu l'aurais probablement laisser partir. Toi, tu n'emprisonnes pas les gens, ils te doivent rien et tu leur dois rien en retour c'est comme ça que tu perçois les choses, que tu as toujours fonctionné dans ta vie jusqu'à présent. Par contre, avec Adriana ta façon habituelle de fonctionner semble vouloir prendre le bord. Tu as l'impression de devoir beaucoup à ce bout de femme, tu sais qu'elle a sûrement fait les gestes de bonté de coeur concernant ton frère; mais, tu lui resteras toujours redevable pour ce geste rempli d'humanité. Puis, évidemment ça va au delà de cela et tu le sais; cette fille t'apportes aussi beaucoup à toi. Elle est présente dans ta vie, elle est à tes côtés quand tu as besoin sans te donner l'impression de jugements quelconques. Du coup, tu tentes d'être là pour elle; tu ne le fais pas par obligation, mais plutôt par envie. Bref, tu tentes de la convaincre de rester; tu essaies comme tu peux te rattraper le coup et l'empêcher en quelque sorte qu'elle prenne la fuite. Bon, ta question concernant sa relation avec Jake n'était sûrement pas approprié et tu t'en veux d'avoir ouvert la bouche pour ce genre de question. « Jake ? C'est un ami, rien de plus. Je serais pas ici, si ça serait le cas.. » Tu viens à replacer une mèche de tes cheveux derrière ton oreille; un tic que tu possèdes quand tu te sens conne et là, pour le coup; tu te sens réellement conne. Tu vois, qu'elle est déçue que tu puisses croire une telle chose d'elle. Tu lui proposes d'aller la reconduire, tu lui offres par la suite ton lit pour qu'elle puisse y passer la nuit. Ces grands yeux dans les tiens, tu sens ton palpitant qui s'emballe brièvement. « T'as raison, je ferai mieux de rester, Jake doit être torché à l'heure qu'il est. Je l’appellerai demain et sinon.. Y a aucune chance que je te laisse pieuter sur le canapé. On peut bien partager un lit. » T'affiches un sourire en l'entendant rire, rire auquel tu participes tellement il est contagieux. Puis, tu l'observes se laisser tomber sur le canapé et tu viens à ton tour y prendre place. Tu es soudainement plus détendue, ravie qu'elle soit restée et que tu ne sois pas obligée d'être confronté à ta solitude. « Je peux te poser une question ? »Doucement, je viens à acquiescer à sa requête et je l'observe alors qu'elle se redresse venant à retirer sa veste en cuir. T'analyses chacun de ces gestes et tu as comme une petite boule qui s'installe dans ton ventre, puis voilà qu'elle pose enfin sa question; « Pourquoi tu voulais savoir si c'était mon copain ? »

Ouais, pourquoi voulais-tu savoir ça Penny? Façon sournoise pour lui demander si elle n'a pas quelqu'un dans sa vie? Y'a peut-être un peu de ça, mais aussi tu voulais savoir quel lien; elle pouvait entretenir avec Jake. Tu connais Jake depuis longtemps, vous apparteniez à la même bande à l'époque et même si c'est un mec en or, que tu n'as réellement rien à dire sur la personne qu'il est; tu sais qu'il trempe dans des choses peu glorifiante, un monde dans lequel, toi-même tu as déjà appartenu et tu n'as pas envie de retrouver Adriana dans cet univers; t'aimerais pouvoir la tenir loin de tout ça. T'affiches un doux sourire en coin en haussant les épaules; « Je m'informe c'est tout.» Tu lâches un rire nerveux venant secouer ta chevelure ébène d'une de tes mains libres et tu reprends; « J'avoue, j'aurais pas dû te le demander de cette manière, avec ce ton investigateur tout ça.. Désolée..» T'affiches une petite moue, c'est vrai que tu t'excuses pour ça; elle ne te doit rien. Tu te doutes qu'elle risque de te questionner davantage, tu sais qu'elle n'est probablement pas dupe de toute façon, mais bon tu te dis que tu parlerais uniquement de ta relation avec Jake si elle ose te le demander, tu n'as rien à cacher réellement; mais, tu trouves ça parfois douloureux de reparler de cette période de ton passé. La bande, c'est comme une famille pour toi; tu n'as pas honte d'eux, simplement que tu ne souhaites pas replonger dans l'univers de la drogue et l'alcool, tu t'es trop battue pour rester la tête hors de l'eau. Tu remontes tes jambes sur le canapé, légèrement en position tailleur, le silence s'installe et tu joues légèrement avec le bout de tes doigts; non pas, parce que tu es nerveuse, simplement que tu as toujours l'habitude d'avoir les doigts occupés; tu restes jamais inactives bien longtemps, tu dois t'occuper le corps et l'esprit. Tu viens à rapporter ton attention sur ton invité et tu demandes; « Tu veux qu'on regarde un truc à la télé, tu te sens fatiguée?» Avec la soirée, qu'elle a passée; il y aurait de quoi. Toi, t'as l'habitude de t'endormir tard; parfois ton petit hamster dans ta tête tourne trop vite et t'empêches de dormir, parfois tu fais de petites crises d'angoisses, parfois t'as l'impression d'encore ressentir l'effet du manque. Heureusement, tu peux compter sur ton parrain de thérapie que tu peux appeler à n'importe quelle heure du jour et de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: after the storm. ≈ adriana   

Revenir en haut Aller en bas
 
after the storm. ≈ adriana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jutland + Distant Guns (Storm Eagle Studios)
» Storm Over Taierzhuang - ATO
» [Comics] Bionicle Glatorian IV : Before The Storm
» Présentation de Alex Storm
» (#1) JEU RP ▬ the calm before the storm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Come and Play :: la corbeille.-
Sauter vers: