AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Call me say rudeboy ~ Claüs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

AGE : 27 ans
CÔTÉ COEUR : Pris, mais il ne l'admet pas
QUARTIER D'HABITATION : En coloc à st michael's hill
AVATAR : Harvey Newton Haydon
CRÉDIT : Ilyria

MESSAGES : 30
POINTS : 135
DATE D'INSCRIPTION : 06/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Call me say rudeboy ~ Claüs   Ven 6 Oct - 2:50


Isak Claüs McKinsley
FEAT HARVEY NEWTON HAYDON

PRÉNOM › Isak
NOM › McKinsley
SURNOM › Mis à part ceux de sa famille, personne ne connait son réel prénom, on l'appel donc par son second prénom: Claüs
ÂGE › 27 ans
ORIGINES › Allemandes x Suédoises
SITUATION AMOUREUSE › Sans engagement fixe
SITUATION FAMILIALE › Adopté. Il a un grand frère, une grande soeur et une petite soeur décédée depuis peu. Il a une soeur biologique dont il a oublié l'existence
SITUATION FINANCIÈRE › Aisée
MÉTIER/ÉTUDES › Pompier volontaire, bénévole à la SPA et bosse un peu pour son père
ORIENTATION SEXUELLE › Claüs a tenté beaucoup d’expériences durant sa vie, il n’est pas exclus qu’il en vive d’autres, mais malgré tout, Claüs ne regarde que les femmes.
GROUPE › Pick me up
AVATAR › Harvey Newton Haydon
Intelligent

Borné

Bombe à retardement

Charismatique

Courageux

Franc
et ta vie, elle ressemble à quoi?

> Claüs dort au grand maximum quatre heures par jour, à cause d’insomnies. Il ne passe pas une nuit sans que le jeune homme ne rêve de son passé.
› Claüs n’a pas besoin de travailler pour vivre convenablement, sa mère adoptive est pédiatre et Mr McKinsley propriétaire d’une chaîne d’hôtels de luxe. D’autant plus que le brun a hérité de la richesse de sa mère biologique il y a moins d’un an.
› Le père McKinsley espère néanmoins voir son second fils reprendre l’affaire familiale, Claüs assiste donc à diverses réunions pour lui faire plaisir. Même-ci le jeune homme est très fort pour baratiner et afficher un large sourire charmeur aux riches actionnaires de son père, il n’aspire pas du tout à reprendre le flambeau.
› Pour occuper ses journées ou parfois ses nuits, Claüs travaille en tant que pompier volontaire et cela lui convient parfaitement comme vie.
› Comme en témoigne son histoire, Claüs a passé une partie de sa vie à s’investir en tant que bénévole et aujourd’hui ce n’est pas terminé, puisque le brun ne compte plus les heures qu’il passe à la SPA de Bristol.
› Depuis qu’il est gamin, Claüs fait de l’équitation, lors de son adolescence il s’est spécialisé dans le Polo, afin de faire plaisir à Mme McKinsley. Aujourd’hui, il a le niveau d’un professionnel et malgré de nombreuses propositions, Claüs refuse que sa passion devienne son gagne-pain.
› La musique occupe une grande place dans la vie de Claüs, il y consacre au moins quatre heures par jour. Le brun joue essentiellement du piano (il en a fait toute son enfance), de la batterie (il prenait des cours pendant l’adolescence) et de la guitare (son meilleur ami lui a appris à jouer). Aujourd'hui, il est même dans un groupe.
› Avec un rythme de vie aussi intense, il est bien évident que Claüs ne tient pas tout seul, il s’en met dans le nez et abuse trop souvent de petites pilules. Le jeune homme fume également beaucoup d’herbe.
› Claüs a un QI plus élevé que la moyenne, de nombreux psychologues l’ont qualifié de « beaucoup trop intelligent pour son propre bien ». Chez lui, les dépendances sont nombreuses, mais il cache très bien son jeu sous ses airs de mec soigné.
› Claüs est un brin orgueilleux. Il ne supporte pas qu'une situation le fige, c'est pour ça que depuis son jeune âge, il met tout en oeuvre pour vaincre ses peurs. L'eau le terrorisait étant jeune, trois étés de suite durant son adolescence il fut maître nageur. Il a longtemps eu une appréhension du vide, maintenant il fait fréquemment du parapente avec son père. Petit, il vomissait dans les grands manèges, aujourd'hui il serait capable de passer sa vie dans un parc d'attraction. Ça, c'est le Claüs borné !
› Claüs est une bombe à retardement, il lui en faut beaucoup pour s’énerver, mais quand cela arrive, il vaut mieux prendre la fuite, car rien ne peux l’arrêter. C’est d’ailleurs la seule peur que le jeune homme n’ait jamais su vaincre : la peur de lui-même…
› Claüs a un lourd passé. Certaines cicatrices sont visibles, d’autres sont ancrées à l’encre indélébile à travers de nombreux tatouages, mais les plus grandes sont invisibles.
› Claüs n'est pas le genre de mec à s'engager dans une relation sérieuse. Les sentiments, il les fuit et ce, depuis toujours. Un «je t'aime» autre qu'en amitié lui fou littéralement l'angoisse. Ce n'est pas pour autant que le brun saute tout ce qui bouge, au contraire. Il est très sélectif, compte tenu de ses conditions, car il ne veut pas faire souffrir qui que ce soit. Dans la vie de tous les jours, il n'est pas trop tactile, les câlins et le moindre geste affectif le crispe, mais cela aussi il y travaille. Son point faible: les bisous et souffles chauds dans le cou !
> Claüs sait parler six langues: l'allemand, le suédois, l'anglais, le français, l'espagnole et le portugais. Ayant vu une grande partie du monde il a de bonnes notions dans d'autres langues, comme par exemple l'italien et le polonais. Claüs est un passionné et ne souhaite pas s'en arrêter là, d'ailleurs il prend justement des cours de coréens.
> La bonne nourriture chez lui, c'est sacré ! Lors de son grand voyage il a joué le jeu à fond et a donc été amené à manger toutes sortes de choses, si bien qu'il n'a plus peur de ce genre de défis, mais il n'y a quand même rien qui bat le plus "traditionnel". Pourtant, Claüs n'aime pas plus que ça faire la cuisine, il est trop impatient, ça finit donc toujours de la même façon: il mange le tout alors que c'est à moitié cuit. Si le brun n'avait pas un minimum de principes, il pourrait presque y passer la richesse de son père dans les plus grands restaurants !
> Les enfants... Que ça soit clair, Claüs ne les déteste pas, disons juste qu'il les apprécie sur du court terme. En tous les cas, eux l'adorent ! Les petites filles en tombent amoureuses, les garçons, eux, le voient comme un modèle. Le héros des gamins, l'occasion pour lui de renouer avec ce côté enfantin qui ne l'a jamais vraiment quitté malgré tout ce qu'il a pu traverser. Bref, le bon copain lors de grands repas, mais ça s'arrête là. Le brun ne veut pas d'enfants. Seulement un chien, voir deux.
~ Être ou ne pas être : telle est la question ~

~ Être ou ne pas être : telle est la question ~

[justify]Bunny and Clyde, le retour ! Ils se sont rencontrés dans un casino de Las Vegas. La finale de poker était interminable… C'est comme ça qu'ils ont été grillés. Deux arnaqueurs sur une seule et même partie, ça fait désordre ! Virés du sol américain. Alors qu'elle devait rentrer dans son pays, la Suède, elle préféra rester fidèle à son instinct et le suivre, lui, en Allemagne. Ils ne se connaissaient pas et leur petit incident n'a certainement pas donné une bonne première impression… Pourtant, ils passèrent tout le long du trajet d'avion à discuter, se parler de leur vie respective, rentrant même dans les confidences. Parfois, ça fait du bien de dire ce qu'on a sur le cœur et l'avantage de le faire avec un inconnu, c'est qu'on ne sera plus amené à le recroiser ! Sauf qu'eux, ils ne se quittèrent plus jamais. Leur premier gros coup se fit donc en Allemagne, ils travaillèrent pour un vieux milliardaire l'espace de quelques mois, le temps d'instaurer une confiance ‘'réciproque', puis ils détournèrent la quasi-totalité de sa richesse, avant de disparaître dans un autre pays. Ce fut le même rituel pendant plusieurs années, mais toujours d'une façon différente. Vous vous demandez sans doute comment ils ont fait pour ne pas se faire attraper? C'est simple : de faux papiers, un changement physique radical. Bref, des manipulateurs talentueux ! Un rythme de vie loin d'être sein pour le partager avec qui que ce soit, pourtant cela ne les freina en rien. Ils voulaient un enfant? Ils le firent, sans même penser aux répercussions…

21 janvier 1990 – Londres, Angleterre. De ces deux grands yeux bleus, le nourrisson fixa l'homme qui le tenait entre ses mains, son père. Sans le moindre son, il observa la pièce sombre avec curiosité. Un hôtel miteux, afin de ne pas se faire repérer. Le nouveau-né en vint finalement à croiser le regard de sa mère et il afficha alors son premier sourire. Des larmes de joie aux yeux, elle tendit les bras en murmurant le prénom de son fils chéri, Isak. Bergmann fut déclaré comme son nom de famille, mais celui-ci serait amené à changer tous les ans.

Juin 1992 – Sozopol, Bulgarie. Du haut de ces deux ans, le petit d'homme a bien changé, il galope de partout en gazouillant, au grand désespoir de ses parents, qui ont mieux à faire que de s'occuper d'un chiard ! Ils possèdent une maison en bord de mer et tellement plus encore, mais cela ne leur suffit pas. Un jour d'été, le père lança de toutes ses forces un ballon au loin, demandant par la suite au gamin d'aller le chercher. ‘'Tel un bon chien'', Claüs courut à la recherche de son jouet qui avait atterrie sur la plage. Heureux, il plia les genoux, afin de le ramasser, sans même remarquer la vague qui se dirigeait vers lui à toute vitesse. Le petit corps se fit emporter sans aucun mal par la Grand Bleue. Quand on y pense, deux minutes, ce n'est absolument rien dans une vie, mais croyait-le, lorsqu'on est en train de se noyer, c'est interminable. Claüs se débattit tant bien que mal, hurlant à plein poumons, avant que ceux-ci soient étouffés par l'eau salée. Claüs ne sait même plus qui a bien pu le sauver, d'ailleurs, les seuls souvenirs qui lui restent de cette journée-là, sont des flashback du laps de temps passé sous l'eau.

Septembre 1993 – Budapest, Hongrie. La capitale de ce magnifique pays. Claüs en garde de bons souvenirs. Il avait une nounou exceptionnelle cette année-là. Alors que sa mère s'adressait à lui en suédois et son père en allemand, la nounou, Lolita, lui racontait des histoires en espagnol, puisqu'elle maîtrisait très mal les autres langues. Claüs aimait tellement ses livres, qu'il apprit bien rapidement à les lire tout seul. Lolita voyait clair dans le jeu des parents du garçon -qu'elle considérait comme le siens-, elle savait pertinemment que l'enfant n'allait pas tarder à lui être enlevé. C'est donc avant que cela arrive qu'elle commença également à lui apprendre à écrire, afin qu'ils puissent rester en contact, peu importe le pays dans lequel il serait.

Janvier 1994 – Ivano, Ukraine. Quatre ans, pile pour son anniversaire. Claüs demanda à ses parents de faire du cheval, comme les héros dans les histoires de Lolita ! ''En bons parents'', ils acceptèrent, afin d'éviter de contrarier leur fils, qui était loin d'être marrant lorsqu'il faisait un caprice. C'est bien l'une des rares choses que Claüs ne leur enlèvera pas, grâce à eux, il a pu vivre sa passion à fond dès le plus jeune âge ! Cette année-là, ses parents lui offrirent également une petite soeur. À l'heure d'aujourd'hui, Claüs a exterminé beaucoup de souvenirs de son enfance et Bryn en fait parti.

Avril 1995 – Vienne, Autriche. Claüs n'a pas aimé là-bas. Ses parents se sont plus ou moins séparés, son père préférant se poser pour de bon, alors que sa mère ne pouvait pas se passer de ce mode de vie, il suivit donc sa mère, alors que sa soeur resta avec son père. Sa mère était sur un très gros coup, voir le plus gros de son existence, alors elle refusait que son fils sorte de l'appartement. Donc, le gamin était avec un professeur personnel toute la journée, suivant des cours d'enfants plus vieux que lui d'au moins deux ans. Ah, si, c'est cette année-là qu'il débuta le piano et comme dans beaucoup de domaines, le petit s'avéra très talentueux, mais ça, personne ne le remarqua.

Suivis la Suisse, où il apprit le ski. L'Italie, où l'amour de la bonne nourriture fit son apparition. Ainsi que l’Islande, l’un de ces endroits préféré sur terre. Un nouveau pays tous les ans, aucune stabilité, tant de secrets… La seule ‘'amie'' de Claüs, était sa fidèle correspondante, Lolita.

14 juillet 1998 – Bilbao, Espagne. Un dimanche bien singulier. Claüs revenait d'une compétition de complet qui avait duré le week-end entier. Son lourd sac sur l'épaule, ses longues bottes pleines de crottins, jurant terriblement avec sa culotte équestre hors de prix, il était rentré à reculons dans la maison, chargé comme un âne, afin d'éviter les allers-retour. « Mamma ! » Aucune réponse… Soupirant, l'enfant alla dans la cuisine, afin de se faire à manger tout seul, comme d'habitude. Jusque-là, rien d'inquiétant… Ce n'est que le lendemain en ne voyant pas son professeur particulier que certaines craintes commencèrent à se bousculer dans la tête du garçon. Les jours passèrent et ce n'est qu'une fois le frigo vide que Claüs, la boule au ventre, se décida d'aller dans la chambre de sa mère, même si cela lui était formellement interdit. La pièce était aussi vide que le jour de leur emménagement il y a moins de cinq mois. Dix jours, il lui fallut dix jours dans la solitude la plus complète, pour que Claüs comprenne avec effrois que sa mère l'avait lâchement abandonné. Il resta trois jours supplémentaires dans la grande villa, figé par la peur, la peur de l'inconnu, et aussi en continuant d'espérer malgré lui... C'est la faim qui le poussa à partir vers d'autres lieux. Grâce à ses nombreux échanges en espagnol avec Lolita, le gamin put faire la manche en réussissant à se faire parfaitement comprendre. En même temps, l'image d'un enfant, qui est d'une maigreur et d'une saleté épouvantable n'est-elle pas assez clair? Claüs resta quarante-six jours précisément à vivre dans les rues de Bilbao. Ce qui l’en sortit fut un autre SDF, lorsque celui-ci le laissa pour mort dans un caniveau après lui avoir planté le verre brisé de sa bouteille de whisky pour un simple sandwich. Le garçon fut amené à l'hôpital de toute urgence et à son réveil il fut harcelé de tous les côtés; par l'assistance sociale, par la police ou par les médecins, tout simplement. Imaginez un peu leur situation : retrouver un gamin à moitié mort, le soigner et quand celui-ci revient à lui, il est incapable de décliner son identité… Comment aurait-il pu en même temps? Il n'avait jamais porté le même nom de famille plus de quelques mois consécutifs. Le pauvre Claüs ignorait même les véritables prénoms de ses parents. La seule chose dont il était sûr, c'est d'être né à Londres. Claüs fut renvoyé en Angleterre, afin de séjourner dans un orphelinat.

Mai 2000 – Londres, Angleterre. Claüs passa presque deux ans à l'orphelinat. Étant donné son âge et le temps passé en ce lieu, même les employés avaient cessé d'espérer pour le brun. L'adolescent, après des premiers mois difficiles, c'était finalement fait à la situation. Il parlait maintenant d'un anglais irréprochable et pour la première fois de sa vie, il avait des amis et même une copine ! Si Claüs devait être un animal, il serait sans hésiter le caméléon; pour sa grande capacité à s'adapter aux situations qui l'entourent, si dures soient-elles… C'est donc durant le printemps 2000 que la famille McKinsley rentra dans la vie du brun. Un couple relativement jeune, parents de deux magnifiques poupées et d'un fils, Valentina, Clarisse et James. Le père est un richissime et populaire propriétaire d'hôtels luxueux situés dans les grandes capitales de ce monde. La mère, elle, est une pédiatre, qui aime sa profession presque autant que sa famille. Des gens très biens, qui déjà à l'époque, prouvaient qu'ils étaient bons parents et ce, depuis presque quatorze ans. À la base, ils venaient chercher un tout petit, mais ils tombèrent littéralement amoureux de l'histoire ‘'d'Isak'' et c'est sans hésitation qu'ils repartirent avec lui.

Pendant cinq ans, Claüs grandit entouré de ses deux sœurs et son frère à Bristol. Claüs considère qu’il doit sa vie aux McKinsley, alors il vaut un respect immense à son père et un amour inconditionnel pour sa mère et ses deux soeurs. Sa relation avec Valentina est très fusionnel, ils se comprennent juste avec un regard, ce qui agaçait au plus haut point leurs parents à l'époque. C’est d’ailleurs cette dernière qui réussis à le calmer lors de ses crises d’angoisse, il lui suffit pour ça de lui presser la main et lui murmurer qu’elle est là. Avec Clarisse, c’était encore bien différent, parce que cette dernière était plus jeune, mais surtout parce que déjà à l’époque, elle avait son petit caractère et faisait preuve de beaucoup d’indépendance. Avec James c'est différent, les deux frères ne s'aiment pas beaucoup. La cadette avait toujours été la petite princesse de Claüs et depuis toujours il s’évertuait à la protéger. Cinq magnifiques années où la famille de globe-trotteurs se créèrent des souvenirs dans différents pays du monde.

Septembre 2005 – Paris, France. Comme tous les hommes McKinsley avant lui, Claüs fut envoyé dans un excellent pensionnat situé en France. Un lycée privé avec un très bon niveau et malgré son parcours chaotique, le brun n'eut aucun mal à surpasser ses camarades. C'est là-bas que le jeune homme travailla sa voix, car tous les ans une comédie musicale se déroulait, au début c'était une catastrophe, mais après avoir mué il s'avéra très talentueux. Avec son jeu d'acteur exceptionnel, Claüs fut projeté en avant très tôt, créant beaucoup de jalousie autour de lui, si bien que le brun n'avait pas d'amis. Cette école se focalise sur trois axes principaux : une langue, un instrument et une activité sportive. L'adolescent choisit donc des cours supplémentaires en français, afin de progresser plus rapidement. La batterie fut son choix d'instrument et sans grand étonnement c'est l'équitation qui l'emporta sur les autres sports, enfin le polo plus précisément.

Juillet 2007 – Bristol, Angleterre. Claüs était seul à la maison avec Valentina lorsqu'il reçut sa lettre d'admission dans l'université d'Harvard, située aux États-Unis. Le brun était resté très con en lisant le courrier, car lorsqu'il avait posé sa candidature là-bas, c'était davantage pour faire plaisir à son père adoptif que pour lui. Monsieur McKinsley avait toujours fantasmé sur le fait que son fils adoptif reprendrait un jour le lead sur la chaîne d’hôtel familiale. Claüs n'y croyait pas lui-même lorsqu'il avait contacté cette grande université, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il l'avait fait, car lui, n'aspirait pas du tout à faire comme son père… Les yeux de sa sœur croisèrent les siens et elle eut un mouvement de recul en secouant la tête avec dégoût, refusant de croire que Claüs allait encore l’abandonner. Si Valentina réagissait de cette façon, ça serait encore plus dur de l’annoncer à Clarisse, qui n'avait que dix ans à l'époque. Plongeant son visage entre ses mains, Claüs avait de nouveau détesté sa très chère existence.

Janvier 2009 – Boston, États-Unis. Forcément, ça ne l'a pas fait longtemps. Les cours de gestion d'entreprise et d'économie, trop peu pour lui ! C'est lors d'un cours de philo, que Claüs péta littéralement un plomb, retournant son pupitre, il quitta la salle dans ce qui ressemblait à un « Vous m'avez tous gavés ! » Refusant de vivre au crochet de sa famille adoptive, qui n'était d'ailleurs toujours pas au courant que leur fils avait quitté l'université, le brun fit livreur de pizzas pendant un certain temps afin d'amasser quelques économies. Le jour de ses 19 ans, le garçon prit la route avec son gros sac dos, ayant dans l'idée de faire le tour du continent en auto-stop.

6 août 2009 – Arizona, États-Unis. Deux jours que Claüs marchait en plein cagnard sur une route qui semblait sans fin. Son approvisionnement en eau avait considérablement chuté et ce qui l'inquiétait le plus dans tout ça, c'est qu'il n'avait plus croisé une seule voiture depuis… Trop longtemps ! Puis ce sol rouge, aussi beau soit-il, le brun ne supportait plus de le voir ! Mains posées sur ses hanches nues et collantes à cause de la transpiration, Claüs regardait l'horizon avec dégoût, les mâchoires crispées. Des larmes de rages avaient remplies ses yeux bleus et puis d'un coup il s'était mis à hurler, balançant son sac au loin, donnant de grands coups de pieds dans le sol, laissant enfin sortir ce qui grandissait dans sa poitrine depuis quelques heures. Puis c'est un bruit de moteur très lointain qui le sortit de son état second… N'y croyant plus, le jeune homme sauta dans les airs en agitant ses bras dans tous les sens et en criant dans un grand sourire. Alors que la silhouette du van Volkswagen s'approchait de plus en plus, Claüs couru chercher son gros sac, mais lorsqu'il se redressa, la camionnette passa devant lui sans s'arrêter. La réaction qu'il eut, Claüs s'en souviendrait toute sa vie. Sur le cul, bouche grande ouverte, le cœur serré il regarda le van s'éloigner pour finalement s'arrêter trois cents mètres plus loin. Le jeune plaisantin au volant de cet emblème des années soixante-dix se prénomme Will et pendant un peu plus d'un an il fit le tour de l'Amérique du Nord et de l'Amérique central avec celui qui devint son meilleur ami.

Début 2011 / Début 2013- Quelque part dans le monde. Les deux inséparables ont finalement finis par se séparer, car le devoir familial ramena Will au bercail. Par la suite et ce, pendant un an et demi, Claüs fut bénévole pour plusieurs causes en Amérique du Sud, une façon pour lui de se sentir utile tout en continuant son voyage. C'est ainsi qu'il apprit le Portugais. Au courant de l'été 2012, le brun décida de changer de continent, afin de venir en aide à un orphelinat situé au Kenya. Cette aventure dura six mois, mais il ne put supporter la pauvreté démesurée de l'Afrique plus longtemps.

Février 2013 – Strahan, Tasmanie. L'Océanie, l’endroit qu’il avait toujours eu envie de visiter. Claüs fit le tour de plusieurs fermes là-bas, il fut nourri et logé contre ses services, une façon de fonctionner de plus en plus répandu dans le monde ! C'est sur le chantier de rénovation d'une vieille maison que Claüs rencontra Imogen Owens. Ils sortirent ensemble pendant environ deux ans, donc autant vous dire que c'est la plus longue relation que Claüs n'ai jamais eu (même si c’était un couple libertin). Imogen avait comme projet de partir vivre à Bristol. Alors Claüs l’accompagna, afin de retourner auprès de sa famille.

Février 2015 – Bristol, Angleterre. Lâchant la main dImogen, Claüs couru vers son meilleur pote et avant que celui-ci comprenne quoi que ce soit, il était déjà dans les bras de monsieur McKinsley qui lui fit une grosse léchouille amicale pour souligner ses retrouvailles. Lorsque Will avait émis l’idée de rendre visite à Claüs, celui-ci n'avait pas hésité un seul instant, ravi de revoir son meilleur ami. Sauf que le duo n'était plus… Et on sait tous qu'un chiffre impair ça ne marche jamais ! Quatre semaines après qu’il soit arrivé, Claüs surprit Will et Imogen dans le même lit. Étrangement, le brun n'eut pas une réaction excessive… Il cassa seulement le nez de son meilleur ami dans un coup de tête bien placé, mais ça dans le fond, il en avait toujours eu envie ! Ensuite, il eut une longue discussion avec Imogen et ils en arrivèrent à la même conclusion : en fait, ils n'avaient jamais vraiment été amoureux. Leur relation tenait, car ils vivaient dans le même délire, mais en fait, ce n'était rien de plus qu'une amitié améliorée. Quand est-il de l'amitié Will-Claüs? Ils rigolèrent bien vite de ce petit drame.

Fin mars 2015 – Machu Picchu, Tibet. C’est à ce moment que Claüs apprit pour le décès de sa mère biologique maniaco-dépressive, elle aurait visiblement mis fin à ses jours, laissant ainsi une belle somme d’argent à son fils, puisqu’elle ne s’est jamais mariée. À première vue, on aurait pu croire que la nouvelle ne faisait ni chaud, ni froid à Claüs, mais peu de temps après, le brun abandonna ses meilleurs amis, afin de se recueillir dans les lieux sacrés de ce monde. Direction l’Asie, dont il fit le tour en pas moins d’un an !

1 mai 2016 – Hammamet, Tunisie. Le grand secret de Claüs… En même temps, pourquoi aurait-il dit à ses proches que depuis le décès de sa mère il payait un détective privé, afin de retrouver son père biologique. Les poings serrés, le brun attendit à l'entrée de la maison, le regard obstinément posé sur ses pieds, puis lorsque la porte s'ouvrit enfin, les choses se firent d'elles-mêmes. Le jeune homme attrapa son aîné par le col et dans un rugissement l'écrasa violemment contre un mur. Je vais te tuer, hurla-t-il en allemand, avant de recevoir un violent coup de genoux dans l'estomac. Le souffle coupé par un tel choc, Claüs se plia en deux, levant seulement ses yeux vers ce visage identique au siens, les années en plus. À peine remis de l'impact, le brun se redressa et flanqua un crochet du droit à cet homme tant détesté. Les garçons… Il faut toujours que ça soit dans la violence pour régler un différend ! Ce jour-là, Claüs passa à travers une grande baie vitrée.

Septembre 2016 – Bristol, Angleterre. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que Claüs décide de rentrer définitivement auprès de ses proches? Suite à l’incident avec son père biologique, le brun a bien faillis y laisser la vie… Au sens propre du terme, car lors de la période où il fut dans le coma, le cœur de Claüs cessa de battre. Le jeune homme s’abstient bien d’expliquer la cause de ses nombreuses cicatrices dans le dos et de ses brûlures sur la poitrine. Par contre, son père biologique, lui, y est passé… Selon l’autopsie, il aurait mal supporté un coup reçu à la tête. La police tunisienne a décidé d’innocenter Claüs, mais ce dernier est rongé par la culpabilité. Enfin décidé à retourner définitivement auprès des siens, le retour du jeune homme fut avancé lorsqu’il apprit le décès de l’une de ses sœurs : Clarisse.




et toi derrière l'écran, t'es qui?


PSEUDO / PRÉNOM › Toun's/Marie ÂGE › 20 ans SEXE › Fille PRÉSENCE › Je fais au mieux NIVEAU RP › Ça va TYPE DE LIEN FAVORIS › Faut d'abord que j'ai des idées OÙ AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM › Je le connais depuis toujours ÉTIEZ-VOUS SUR LA PREMIÈRE VERSION? › Oui COMMENT LE TROUVEZ-VOUS › C'est le meilleur SCÉNARIO, POSTE VACANTS OU PERSONNAGE INVENTÉ › Personnage inventé CÉLÉBRITÉ › Harvey Newton Haydon UN DERNIER MOT? ›

Revenir en haut Aller en bas
avatar

AGE : dix-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : des histoires sans lendemain dont lexa se lasse.
QUARTIER D'HABITATION : old city et je rends souvent visite à ma mère à st michael's hill
AVATAR : bridget satterlee
CRÉDIT : lempika + tumblr
http://68.media.tumblr.com/f5f1b92108c14e3f004c7adcb798e426/tumblr_nlu7i2H0pf1tlmbsuo7_400.gif
MESSAGES : 439
POINTS : 1443
DATE D'INSCRIPTION : 22/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Call me say rudeboy ~ Claüs   Ven 6 Oct - 3:19

t'es beau I love you
rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : vingt-cinq ans.
CÔTÉ COEUR : le coeur penchant secrètement pour un beau brun assez con.
QUARTIER D'HABITATION : st michael's hill, en colocation.
AVATAR : kate harrison.
CRÉDIT : saturn.

MESSAGES : 86
POINTS : 406
DATE D'INSCRIPTION : 17/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Call me say rudeboy ~ Claüs   Ven 6 Oct - 3:38

my man !
rebienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Call me say rudeboy ~ Claüs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Call me say rudeboy ~ Claüs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Call of warhammer : Mod MTW2 sur WHB
» Call of Duty : Black Ops
» Killzone Versus Call of Duty : Modern Warfare. (1&2)
» Call of Duty : Black Ops
» S.T.A.L.K.E.R. Call of Pripyat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: I want to meet you :: my name is. :: Tu peux poser tes valises !-
Sauter vers: