AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Downtown • Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Downtown • Evan   Jeu 24 Aoû - 13:39


When you're alone and life is making you lonely
You can always go downtown
When you've got worries, all the noise and the hurry
Seems to help, I know, downtown


Très vite, quelques semaines après s'être vraiment rapprochée de lui, Eleanor s'est demandée si c'était ça l'amour, si ce qu'elle ressent pour Evan était enfin cette sensation amoureuse que tout le monde autour d'elle se met à éprouver et qui lui reste complètement nébuleux. Parce qu'elle n'a jamais ressenti ça pour personne et avec personne : le fait d'être mieux avec lui qu'avec elle-même, le fait de pouvoir rester des heures sans rien dire sans que ce soit un problème, le fait de vouloir tout partager avec lui, le fait de se sentir bien à ses côtés sans devoir jouer un rôle, le fait de pouvoir se laisser aller aussi, même si c'est plutôt elle qui materne l'autre dans cette relation. Mais souvent elle se dit que vraiment Evan est son âme soeur, et que ce terme n'a pas forcément besoin d'être romantique - d'ailleurs elle a vite compris que ce n'est pas de l'amour, elle ne ressent pas de désir pour lui, et c'est bien un signe, non ? Puis ensuite, de toute façon, Evan a commencé à avoir une expérience dans le domaine et jamais elle n'a été jalouse. C'est mieux comme ça, après tout : elle a toujours pensé que l'amitié était plus forte que l'amour. Parfois elle se demande si Evan se doute de combien elle tient à lui et de la place énorme qu'il tient dans son coeur ; il est si réservé parfois et si secret qu'elle ne sait pas ce qu'il pense en retour, mais bien vite elle passe à autre chose. Elle sait qu'il sera toujours là pour elle, quoi qu'il arrive, et c'est sans doute aussi l'une des choses les plus précieuses qu'elle possède.

Arrachant sa veste au porte-manteau, son sac dans la main, elle vient de claquer la porte d'entrée de chez elle avec force ; elle s'enfuit, après avoir hurlé sur son frère et être sortie de ses gonds. Des larmes de rage et de frustration dévale enfin ses joues, elle les a retenues pour ne pas que Matthew les voit. Il est stupide, stupide, stupide et tellement MÉCHANT se dit-elle, il l'a mise dans une colère sans nom et elle le déteste, elle sait très bien que plus les jours passent plus quelque chose se brise entre eux, doucement mais sûrement. Il est devenu imbuvable, prétentieux et désintéressé des gens ; elle a l'impression qu'il a perdu sa douceur et sa légèreté, pour une raison qu'elle ignore totalement. Pourtant, plus petits, ils s'entendaient assez bien, elle garde de merveilleux souvenirs avec lui (les pistes noires au ski, les cabanes qu'ils construisaient dans les arbres, les jeux qu'ils inventaient, son côté protecteur qui lui donnait toujours l'impression d'être une petite princesse) mais tout ça n'existe plus et Matthew s'est mué en une bête d'école de commerce, un fils de bonne famille qui ne considère plus que l'argent et les milieux sociaux élevés. Depuis qu'elle lui a montré la plainte qu'elle a trouvé, il est encore plus distant, cassant, hautain - il refuse toute communication et la traite comme si elle était bête ou folle, et Eleanor n'en peut plus. Elle a compris qu'il acceptait de ne rien savoir, qu'il voulait sciemment fermer les yeux et s'en remettre aux apparences, ce qu'elle ne peut pas envisager.

Décroche, décroche, décroche - Evan ne répond pas alors qu'elle l'appelle, la vue brouillée de larmes. Un bus arrive et elle saute dedans, il va à la station centrale, elle ne sait pas où elle veut aller mais elle veut partir de d'ici, elle s'effondre dans un siège à l'arrière du véhicule. — Evan ?! Il répond enfin, et elle essaye de ne pas paraître trop catastrophée, mais sa voix est secouée de sanglots. Où es-tu ? Je viens de me disputer encore une fois avec Matthew, je n'en peux plus de ne rien savoir et de ne rien comprendre, il est tellement fermé, tellement froid, ça me dégoûte... Et mes parents qui sont encore absents toute la semaine, je ne sais pas quoi faire, elle respire et elle a l'impression d'étouffer. — S'il te plaît on peut se retrouver ? Où tu veux, dis-moi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Downtown • Evan   Sam 26 Aoû - 9:05

Il était à la maison, ce soir-là. L'école avait appelé Byron pour lui dire qu'Evan avait été absent. Et Byron n'avait pas apprécié d'avoir été berné par Evan. Il lui avait hurlé dessus et interdit de sortir. Evan avait crié aussi. Les larmes avaient coulé malgré lui. Lydia était intervenue. Elle l'avait calmé et rassuré. Et elle avait rappelé à Byron d'où venait Evan et quelle était son histoire. Elle aussi avait versé des larmes. Les parents ne disaient rien. Evan ne se sentait vraiment pas bien dans cette famille. Parfois, il avait même des pensées qui ne plairaient pas à Hellias. Il y avait pensé plein de fois comme si c'était la seule solution. Mais il n'osait pas en parler. Parce que si un jour, Evan décidait de le faire, il savait qu'Hellias l'en empêcherait . Ou pire encore, il le prendrait pour un fou et ne voudrait plus jamais le revoir. A cette pensée, le brun frissonna de peur. Non. Il ne voulait pas perdre Hellias ou il ne s'en remettrait pas.

Ce soir là, il avait volé le portable du frère de Byron. C'était le seul numéro qu'il connaissait et qu'iil avait donné à Eleanor . Eleanor, une fille extraordinaire et gentille. Avec elle, il pouvait parler de tout et de rien, il ne se sentait pas jugé. Avec elle, le vide qu'il avait en lui, s'apaisait. Ils étaient toujours sur la même longueur d'onde. Alors qu'il était dans sa chambre, Byron l'appela. Il devait descendre. Evan avait l'impression d'arriver dans un tribunal. Et Byron était le juge qui allait lui donner sa sentence. Deux semaines sans sorties. Ok. Evan s'en fichait, il ferait le mur. Le fait que Byron ait déclaré qu'il l'accompagnerait dans sa classe pour être sûr qu'il y aille, le rendit fou de rage. Hors de question. Cet homme voulait lui gâcher la vie, comme son père. D'ailleurs, Evan n'eut aucun mal à le comparer à lui et la peur revint. Il remonta dans sa chambre en claquant la porte. Soudain, le portable sonna et il reconnut le numéro d'Eleanor. Elle voulait le voir et elle ne semblait pas bien. Inquiet, il répondit:

"Je prend ma veste et on se rejoint en centre-ville... J'ai des choses aussi à te dire..."

Il avait besoin de lui dire qu'il en pouvait plus de cette famille. Et qu'il allait faire n'importe quoi pour se faire virer. N'importe quoi. Il était prêt à tout. Evan prit sa veste, descendit les escaliers doucement et sortit sans faire claquer la porte. Il défiait Byron et il en était fier. Il courut jusqu'au centre ville. Il allait voir Eleanor et bizarrement, sa peur s’atténuait peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Downtown • Evan   Sam 2 Sep - 14:30

Parfois les choses vont trop vite et à la fois trop lentement — il semble à Elea que le bus se traîne tandis que le paysage défile sous ses yeux, mais en même temps elle a la sensation que le temps lui file entre les doigts et que tout évolue bien trop rapidement... Ses parents, son frère, et ses petites soeurs ; tout se délite dans sa tête, tout se dissout comme un cachet d'aspirine et l'envie de pleurer redouble d'intensité. Elle meurt d'envie de retrouver Evan. — Je prend ma veste et on se rejoint en centre-ville... J'ai des choses aussi à te dire... Surtout que lui aussi, quelque chose ne va pas : elle le sent dans sa voix, elle n'a pas besoin de le voir pour comprendre ces choses-là, et quelque part c'est une sensation tellement réconfortante que son coeur se réchauffe un peu à cette idée. Quoi qu'il arrive Evan sera là, et de plus en plus elle se dit qu'un jour elle réussira à prendre la décision de partir, de disparaître, elle l'emmènera avec lui, elle le tirera des griffes de son horrible famille, et ils referont leur vie ailleurs tous les deux...

Le bus freine et klaxonne, elle sursaute, et puis elle voit la station qui s'approche ; elle descend sans plus attendre, sans dire au revoir au chauffeur parce qu'elle a la gorge nouée. L'air est un peu frais dehors, elle ressert son foulard en soie autour de sa gorge, et elle boutonne sa veste en jean. Après un regard circulaire autour d'elle, elle reconnaît la silhouette, les cheveux, le bonnet, et elle parcourt les quelques mètres qui la séparent d'Evan en courant. Elle se jette alors dans ses bras et le serre contre elle et tout d'un coup un sourire se dessine sur ses lèvres — comme tout change quand elle est avec lui !

D'un coup de manche Elea essuie ses yeux un peu humides et regarde son ami, qui semble au moins tout aussi secoué qu'elle. — Alors, qu'est-ce qui se passe ?

Mais une chose après l'autre : ils ont besoin de réconfort tous les deux et sans attendre elle le tire par le bras et l'emmène avec elle vers le café un peu plus loin, qui vend à emporter. — D'abord, il nous faut deux grands chocolats chauds ! Ils adorent ça tous les deux, c'est comme un rituel. — Ou bien tu veux un café ? Elle sort son porte-monnaie et prépare l'appoint, elle peut bien lui offrir au moins ça, alors qu'elle lui a demandé de le retrouver au pied levé. Elle va commander et ramène les deux grands gobelets, un plus d'un petit morceau de gâteau au chocolat. Ils vont s'installer sur un banc, et tout d'un coup il semble à Elea que la ville autour d'eux n'existe plus, qu'il n'y a plus de voitures, de passants, de poubelles, de lumière, plus rien, ils sont comme absents de tout ça, dans leur petit monde à eux. — Bon. Je commence ? J'ai encore confronté Matthew, quel idiot, je te jure... Plus ça va plus il se renferme et en plus il ose me regarder de haut, il dit que je suis folle et que je deviens hystérique avec « cette histoire », ce qui me fait encore plus penser qu'il sait quelque chose. Parce que le papier, la plainte, c'est écrit noir sur blanc, je ne peux pas l'inventer quand même ! Non, ce qui me rend folle c'est son attitude, j'ai fini par hausser le ton et lui aussi, il m'a dit que j'étais insupportable en ce moment et que... Hmm... Elle hésite un peu, bute sur les mots, les mots de son frère lui ont fait du mal : — Il a dit que je ne devais pas m'étonner d'être seule, que j'étais trop chiante pour qu'on s'intéresse à moi, bref, ce genre de choses sympathiques... Elle hausse les épaules. - À toi, maintenant...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Downtown • Evan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Downtown • Evan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Downtown
» [Révélations mises sous spoil] Arianna Barde (Discussions et images)
» l'amour est comme l'oiseau de twitter, on est bleu de lui seulement pour 48h. (evan)
» EVAN ✤Les plus courtes folies sont toujours les meilleures.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Come and Play :: la corbeille.-
Sauter vers: