AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 one step closer to the edge (ceebrey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: one step closer to the edge (ceebrey)   Mar 22 Aoû - 22:58


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Tu avais beau avoir retrouvé ton frère, tu n'allais pas bien. Depuis cinq ans, c'est un peu comme si c'était la première fois que tu n'arrivais pas à faire écran. Ton frère était tout ce que tu avais d'important. Vraiment. Tu avais Aubrey, tu l'as perdu, tu as tout gâché. Tu as Jonathan, mais il t'est impossible de le voir. Tu ne sais même plus où il est. Tu as gâché ta vie. Tu as laissé ta vie se gâché. Tu n'as rien, fait elle t'a glissé des doigts, elle te glisse des doigts. Tu souffres, tu as mal, tu te tortures plus tu vis. Ce connard aurait bien du t'achever au lieu de te laisser te vider de ton sang avec la chance que quelqu'un te trouve avant que tu ne meurs. Tu n'as aucune idée de qui t'a trouvé, du comment tu t'es retrouvé à Bristo. Tu étais à Brighton quand c'est arrivé, pourquoi tu es à Bristol maintenant ? Est-ce que c'est pour ton fils ? Tu l'ignores, tu ne te souviens même plus de l'hôpital, tout ce à quoi tu as droit, ce sont les mots : Il est en vie. Tu n'as jamais réussi à en savoir plus.

Tu avais passé une nuit de merde dès que tu avais retrouvé ton frère. Déjà là, tu as fait la pire bourde que tu pouvais faire. Tu as pété un plomb. Tu as éclater la gueule d'un mec. C'est normal ça, c'est pas la première fois, mais tu l'as fait devant ton frère. Tu as risqué de le tuer des tes mains. Devant ton frère. Tu le sais, tu ne comprends pas. Tu n'as aucune idée de ce qui t'arrive. Tu es là, le soleil tombé, écrasé sur un banc la tête entre les mains. Tu as la gorge nouée, tu as le coeur qui te fait mal, tu as envie de mourir, de t'ouvrir la plaie à l'aide d'une autre couteau. Tu as la tête entre les mains et tu sens ton corps trembler. Tu n'en peux plus, tu n'arrives plus à supporter autant de problème. Les sanglots éclatent enfin et tu croules au sol, plié le front contre le bitume. Tu entends le bruit de la mer, mais tu ne l'entends pas. Tu te mets à hurler ta détresse, incapable de faire le lien entre ta vie passé et qui tu es maintenant. Tes larmes te brûle, mais tu n'as rien à dire. Tu n'arrives pas à voir ce que tu as.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Mar 22 Aoû - 23:45


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Ray a toujours détesté l’Angleterre et elle la détestera toujours. Terre de malheur, qui lui a certes donné l’amour et le plus fils du monde, mais qui l’en dérobe tout autant. La belle brune était bien seule au monde, elle passait son temps à l’hôpital pour son fils, sachant qu’il ne s’en sortirait pas, qu’un jour ou l’autre cette putain de maladie lui volerait son seul fils. Elle allait voir son mari de temps à autre dans sa chambre, il ne semblait pas aller pour le mieux, toujours dans le coma, elle ne savait pas trop quoi faire, lui parler ou non. Alors, elle restait plus souvent sans mots qu’autrement, sans savoir comment lui dire que son fils allait mal, sans savoir lui dire qu’elle lui en voulait, qu’elle en voulait à la terre entière, mais qu’elle avait besoin de lui. Elle se vidait de son énergie, de sa joie de vivre qui la caractérisait si bien. Jonathan n’allant toujours pas mieux, Ray décida d’aller faire un tour dans la chambre de son cher mari. Elle poussa la porte doucement, comme si elle pourrait le réveiller si facilement. Elle resta sans bouger devant un lit vide. « shit! » c’est bien tout ce qu’elle trouvait à dire ou même ce qu’il y avait à dire. Au fond, Ray n’était pas si surprise c’était bien son genre à ce petit crétin.

Elle finit par sortir de la chambre, probablement après quelques minutes où elle fut sous le choc. Ray enfila un manteau de cuir, laissant son fils endormi dans l’hôpital parce qu’elle aurait bien hurlé au bout de ses poumons. Elle n’avait rien sous contrôle, tout lui échappait et elle ne pouvait rien faire. Ray qui aimait contrôler, planifier et organiser ne pouvait pas planifier un traitement pour son fils, il n’y en avait pas, elle ne pouvait pas fixer Cee, elle ne pouvait pas le remettre comme il était, l’homme qu’elle avait marié. Elle était tellement hors d’elle-même que Aubrey ne se rendait même pas compte qu’elle était en train de marcher vers le quai. Elle fut surtout sortie de ses pensées par un cri alarmant. Un homme, qu’elle reconnaitrait parmi tant d’autres. Le destin, clairement voulait réunir Cellegan et Aubrey, mais elle était tellement hors d’elle, même la détresse de son mari ne semblait retenir sa rancune. Elle s’approcha et releva Cee sans trop de douceur. « Lêve toi! » Elle avait perdu sa douceur à travers les jours passés à l’hôpital, elle assit Cee sur le banc et pris place à côté de lui. « J’ai toujours aimé le quai, ça m’a toujours rassurée ces bruits de vague. Comme on mettait à Jo quand il était bébé pour qu’il s’endorme. » Aubrey préférait parler de rien que d’adresser les vrais problèmes, son mal-être, la maladie, les 4 mois qu’elle a passés à s’inquiéter des deux hommes de sa vie, mais surtout la peur qu’elle a eue tantôt à l’hôpital, la frustration qu’elle avait envers Cee qui ne semblait pas se soucier de ce que ça lui ferait à elle et Jo toutes ses actions qu’il faisait. Elle était comme gelée devant la situation et elle ne voulait pas vraiment y plonger, parce qu’elle aurait bien trop mal.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Mer 23 Aoû - 0:11


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Tu es là, écrasé par le poids de tes actes, par le poids de ton passé. Tu aimerais bien tout effacer, mais tu sais très bien que tu ne peux t'en prendre qu'à toi. Tu as tout foutu en l'air. Tu te disais que tu serais toujours là pour ceux à qui tu tiens. C'était la seule véritable mission que tu t'étais donné et pourtant tu as réussi à la gâcher. Tu tombais en morceaux, en lambeaux même. Tu as trop de coeur, tu en as toujours eut trop. Tu as toujours chercher à protéger les autres, tu n'as jamais vraiment songé à penser aux autres. Tout compte fait, tu étais un peu comme ton père. Ton père croyait faire ton bien en t'empêchant de voir ton frère, en t'empêchant de voir ton fils et pourtant, tu sais qu'au font ce n'est que son hypocrisie qui parle. Il a toujours voulu avoir le contrôle sur ta vie, ce n'est pas pour rien que tu travaillais dans la compagnie familiale. C'était sa façon à lui de te protéger, mais il ne faisait que t’étouffer. C'est sûrement pour cette raison que tu as  foutu le camp de l'hôpital.

Tu t'es écrasé sur le sol, tu ne tenais plus. Tu avais cinq ans de regrets, cinq ans de peine, cinq ans de rage, cinq ans de douleur à cracher. Tu n'as jamais su cracher ton mal, tu n'as jamais su le partager. Rester fort, resté prêt. C'était ce que tu étais, mais il faut croire que tu as atteint le bout du rouleau. Tu t'es accroché à ce qui te gardait la tête hors de l'eau et la vie a décidé de te l'arracher. Entêté comme tu es, tu n'as pas su partager ce que tu ressentais à ta femme. Ta propre femme que tu as réussi à écarté de ta vie. Deux mots te vienne à l'oreille et en un éclaire, te voila brusquement installé contre le banc.  Tu gardes la tête basse ravalant ton mal, ta détresse. Tu te tais. Tu fixes tes pieds. Puis le nom de ton fils frappe directement dans le mur que tu essayais difficilement de retenir en un morceau. Pour la première fois depuis qu'elle te connait tu fond en larmes, les sanglots de plus en plus fort. Tu n'avais plus la force d'être stoïque. Tu restes de ton côté du banc avec la gorge qui se noue plus tu sanglotes. Tu n'arrives pas à dire un seul mot.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Mer 23 Aoû - 1:12


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



La vie était injuste. Jamais Aubrey n’avait prévu élevé son fils seul, mais elle faisait depuis presque cinq ans. Bien que Cellegan fût présent, il avait perdu en présence mental au cours des dernières années. De plus en plus absent, arrivant à la maison amoché, pas nécessairement physiquement, mais clairement mentalement, Au se retrouvait bien seule à élevé un gamin, qu’elle adorait certes, mais qu’elle n’avait définitivement pas prévu supporter seule. Elle était épuisée, Jo plus son boulot, plus Cee, elle n’était pas wonderwoman et n’avait jamais prétendue l’être ou même vouloir l’être. Elle voulait la paix, elle voulait pouvoir oublier et alors qu’elle avait finalement eu 10 minutes de vide total en marchant sans même sans rendre compte, on la tirait encore de son vide pour la ramener sur terre. Ce cri, ces sanglots qu’elle n’avait jamais entendu auparavant, mais elle était quand même capable de relever cette homme deux fois plus grand qu’elle. Comme s’il était léger comme une plume, comme si elle l’avait fait des milliers de fois.

Aubrey avait toujours eu besoin de parler pour remplir le vide, le malaise que Cee laissait souvent depuis quelques années entre eux plutôt que de s’ouvrir, peut-être que si Aubrey s’était tu il aurait fini par prendre les devants, mais elle ne le saurait jamais et son mécanisme de défense ne changerait pas de sitôt. Jamais elle n’avait vu son mari ainsi, elle ne savait ce qui l’avait poussé aussi bas, mais elle ne l’avait jamais vu aussi vulnérable. « J’espère que tu sais que ce que tu vis en ce moment, je le vis à tous les jours depuis deux ans, sans cesse et sans personne à côté de moi. » Bon, elle aurait pu garder cette remarque pour un autre jour, mais il était là et apparemment il s’enfuyait de l’hôpital alors qu’il était presque mort, alors qui sait, peut-être qu’elle ne le reverrait jamais. « Il s’ennuit de toi tu sais, il se demande où tu es, ce que tu fais et je peux pas vraiment lui dire… tu fais de moi une menteuse pour notre fils » Aubrey était sans émotions, si rare chez elle, mais elle se sentait vide, comme si Cee se vidait pour eux deux à la fois. Elle ne se voulait pas froide, mais elle savait qu’elle pouvait flancher à tout moment et deux adultes en sanglots ça n’irait pas très loin selon elle.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Mer 23 Aoû - 12:56


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Tu aimerais la regarder, voir son visage à nouveau et pourtant tu sais très bien que ça te déchira un peu plus. Tu l'as fait souffrir et tu le sais. Tu le sens dans sa voix, elle t'en veux. Tu n'oserais pas dire qu'elle te déteste, mais si c'était le cas, tu l'accepterais sans broncher, en silence. Tu n'arrives pas à la regarder dans les yeux. Tu ne veux pas voir à quel point tu l'as détruit. Il t'en as fallu du temps avant de te rendre compte que tu n'allais pas bien à l'époque. Il t'a prit du temps avant de réaliser à quel point tu l'avais fait souffrir. Tu t'en veux, tu as honte de toi. Tu te détestes. Voilà c'est sit. Tu te hais. Tu n'as jamais ouvert ta gueule pour parler, tu faisais pour pour rester le pilier familiale et tu ne t'es même pas rendu compte que tu croulais sous le poids sur tes épaules. Tu ne comprends même pas pourquoi tu le réalise maintent, si tu réalises vraiment. Cette douleur que tu as est innexplicable. Pire que physique. Tu arrives à surpasser ces douleurs qui te tienne par l'échine. La douleur qui te torture, elle te prend par l'estomac, elle te tétanise, te tient à la gorge. Elle t'empêche de respirer. Tes bras se croisent contre ton ventre et tu te retrouves légèrement plié vers l'avant. Ses mots fouettent telle des fils barbelé. Ta tête se creuse entre tes épaules et tu te plis un peu plus vers l'avant. Tu ouvre la bouche, mais aucun mot ne sort. Tout ce que tu cherchais à dire et à répéter. "Je suis désolé" Tes levres crachaient les mots sans aucun son. Tes sanglots sont les seuls bruit qui trouve leur chemin.

Tu te trouves égoïste, sans coeur. Tu te mets à te dire que ce que tu as vécu, que ce qui t'arrive tu le mérites. Tu fermes les yeux en glissant tes mains tremblante contre ton visage. Une journée de plus sans avoir bouffer. L'appétit t'avais quitté. Tu gardes une main sur ton visage écrasant tes yeux dans leeur orbite. Tu soupires, la voix tremblante, tu réussis à trouver un certain calme, tes tremblements se calment, mais pas pour très longtemps, Jonathan revient sur le tapis. Tu pousse un hurlement de rage légèrement étoufé et tu agrippes tes cheveux. Une saute d'humeur de plus, mais celle là, elle n'avait rien avoir avec celles que tu lui faisait vivre avant. Elle était innutile. Une colère que tu ne comprenais pas. Ta voix brise tes sanglots, mais ce timbre que tu as, c'est facile de comprendre que quelque chose cloche. "Je ne sais plus où il est. Où est-ce qu'il est? Mon père ne veut pas me le dire. Où il est!" Tu hurles presque ces mots à travers tes sanglots. Ton père te gardait loin de tout le monde, ton frère, ton fils et sûrement de ta femme. Tu paniques soudaine, sans raison, tes tremblements se font de plus en plus présent, ta respiration change.


Hj: la saute d'humeur c'est un effet secondaire de sa comotion cérébrale.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Mer 23 Aoû - 22:54


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Aubrey en voulait certes à Cee, mais elle s’en voulait tout autant d’être aussi rancunière en vers lui. Elle avait cette impression de ne pas avoir fait assez pour sauver leur couple, pour l’aider, pour les soutenir. Pourtant, elle avait passé des années à tout mettre sur ses épaules, à supporter le poids de ses émotions et des émotions des autres. Elle gardait tout à l’intérieure d’elle, ne voulant pas envenimer les choses, mais quand Cee était revenu tellement amoché qu’elle ne pouvait même pas feindre le déni, elle n’en pu plus. Elle avait éclater, peut-être Au aurait du faire autrement, elle ne savait pas. Mais clairement rien n’était allé pour le mieux, sa décision de quitter, de mener sa vie en solo avec son fils, elle en était convaincu apportais du bien à son fils, qui, même s’il s’ennuyait terriblement de son père, avait une vie plus stable et probablement moins d’inquiétude, mais sa vie à elle n’allait que pour le mal. Une relation chaotique, un emploi mis de côté, un enfant malade. Elle était assise bien droit, Aubrey sentait Cee à ses côtés, bouger, se plier et sangloter. Elle essayait, psychologiquement de se distancer, de ne pas retomber dans cette relation où elle passait son temps à le relever.

Mais voilà, Aubrey n’était pas partie par manque d’amour pour Cee, elle était surement partie par un trop d’amour pour lui. Elle n’arrivait plus à le voir se détruire, à ne plus être la personne qu’elle savait qu’il pouvait être. Et aujourd’hui, elle se trouvait un peu face à son pire cauchemar, à la panique de Cee, probablement causé par son attaque, mais s’en n’avait rien de moins terrible malgré l’explication médicale. Puis, il y avait cet instinct chez Brey, qu’elle ne contrôlait pas, de vouloir aider les autres autour d’elle, même si au fond, elle aurait voulu voir Cee souffrir comme elle le fait à tout les jours. Elle se mit en petit bonhomme devant lui, la main sur sa joue doucement, comme elle le fait souvent avec ses élèves, enfin ses élèves elle met sa main sur leurs épaules hein. Douce, tranquille, malgré son cœur qui débattait bien plus vite qu’elle n’eut souvenir qu’il puisse le faire. « Chuuut » Sa voix était calme, sans trémolo, Ray avait appris à se contrôler elle-même malgré le fait qu’elle aurait, elle aussi, tout cassé autour d’elle. « Il est dans sa chambre, il va bien » Bon, pas sa chambre à la maison, mais la belle brune ne se voyait pas en ajouter à la panique du père de son enfant. Puis, il allait bien aujourd’hui, ça n’avait rien d’un mensonge, jamais Brey aurait quitté l’hôpital si son fils n’avait pas été dans un état stable.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   Ven 25 Aoû - 18:08


one step closer to the edge
Cellegan & Aubrey



Tu ne te sentais pas très bien, en fait, tu te sentais très mal. Tu t'en voulais de tout ce que tu avais fait vivre à ceux qui t'entourait. Tu te croyais fort, tu te croyais assez fort pour ne faire de mal à ceux que tu aimes et pourtant tu le vois bien, tu le sais bien, c'est tout ce que tu as fait. Ta femme t'as quitté, tu te dis que c'est sûrement de la faute de ton frère, puisqu'il te rend dingue, mais tu sais très bien que le seul responsable c'est toi. Tu n'as pas été assez fort pour voir le mal que ça lui faisait, le mal que tu lui faisais. C'est à cause de toi que tu t'es retrouvé loin de ton fils. Tu as tout perdu par ta faute et il t'a fallu frôler la mort pour le comprendre. Si seulement il t'avait vraiment tué. Tu aurais ce que tu mériterais. Pourtant tu es là sur ce banc avec soudainement cette femme que tu aimais toujours genoux posés devant toi. Tu respirais la honte, tu n'avais rien de quelqu'un de bien. Tu n'osais pas la regarder, tes yeux te brûlaient vu les larmes qui coulaient sur tes joues.

Les épaules voûtés vers l'avant, tu sens sa main sur ta joue. Tu fermes les yeux et tu inclines la tête vers sa main. Tremblant, tu remontes une main contre la sienne et tu la serres doucement. Ta gorge se noue. Elle te manque, mais tu ne diras rien de ça. Vu ton absence, tu ne douterais pas qu'elle se soit fait une autre vie. Elle était là, c'était ce qui te semblait le plus important. Tu serres encore un peu sa main, sans l'intention de lui faire du mal. Tu en as déjà assez fait. Tu lèves les yeux vers elle et avec cette mine de démoli, tu as l'impression de ressembler à un chien battu et ça ne t'inspire pas. Tu baisses à nouveau les yeux, tu préfères ne pas le regarder avec cette gueule. Tu ne veux pas attirer sa pitié, tu ne la mérites pas. Tu ne mérites même pas sa présence. Ton fils te manque, tu aimerais tellement le voir courir un peu partout. Tu aimerais tellement qu'il ait cette vie. Cette vie qu'il mérite. Tu tuerais pour qu'il vive une vie d'enfant. Tu glisse une main sur tout visage, chassant les larmes et tu soupires. « Je suis désolé. Je t'ai abandonné Au'. J'ai pas été assez fort pour toi. Je suis désolé. Tu mérites mieux, je vais... » T'arrives pas à dire la suite de ta phrase. Ta gorge se noue. Signer les papiers. Tu n'as jamais cessé de l'aimer et peut-être que c'est la meilleure chose à faire. Tu n'en sais rien.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: one step closer to the edge (ceebrey)   

Revenir en haut Aller en bas
 
one step closer to the edge (ceebrey)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» T34 et T34/85 dans Not one step back...
» Edge confirme la sortie de Battle of westeros !
» Edge Erkenrath
» [Jeu de Rôles] Le Trône de Fer chez Edge
» lot Edge CR de Tours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Live your life :: bristol south. :: Hannover Quay-
Sauter vers: