AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And now you make me shiver (arlo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: And now you make me shiver (arlo)   Mar 22 Aoû - 17:27




La journée terminée, la bibliothèque ne renfermant plus assez de merveilles à son goût, il était passé voir Louis pour un énième cours de dessin, et puis l'heure tournant un peu trop vite, il avait fini par quitter les lieux, un nouveau livre précieusement glissé dans son sac et une tentative de dessin ridicule. Il grimpa dans un bus, sans se préoccuper des autres, sans même retirer les écouteurs qu'il avait fini par glisser à ses oreilles pour écouter une nouvelle musique extraite de son ipod. L'appareil n'était pas très récent, mais c'était sa sœur et son frère ainé qui le lui avaient offert trois ans plus tôt, et depuis, il ne l'avait plus quitté. Comme si ce petit appareil était capable d'éloigner le mauvais sort, petite patte de lapin électronique. Ou du moins, il avait ce prodigieux talent de lui rappeler l'instant où son père avait réellement été écarté de son existence par jugement. C'était presque ridicule d'un côté, mais Arthur avait su se remettre sur pieds, avancer, se relever, comme s'il n'était jamais tombé. A l’exception de certains contacts qu'il peinait à supporter. Mais ce n'était rien en comparaison du reste. Ce n'était rien en comparaison de ce que supportait encore Evan. Il voulait l'aider, réellement. Le soutenir, arracher son âme à ces démons pourtant si familiers pour le blond.

Néanmoins, ce n'était pas à lui qu'Arthur pensait à cet instant. Enfin pas réellement. Il avait téléchargé les musiques extraites du cd qu'il lui avait offert l'autre jour, et la bande son les laissait les écouter distraitement, alors qu'il laissait son regard s'attarder à l'horizon. Plus vert qu'auparavant, c'était ça d'aller vers l'ouest de la ville, l'endroit où il vivait avec sa sœur, dans une petite maison divisée en appartements. C'était dans l'un d'eux qu'Arthur avait appris que la vie ne le condamnerait plus à subir la morsure dégueulasse des attentions de son père. Dans l'un d'eux, qu'il n'avait pas non plus les mêmes moyens que ses voisins, mais ça il s'en fichait. La vie, ce n'était pas ça. Ils vivaient assez bien à son goût, il avait connu pire avant avec son père, alors il ne s'arrêterait pas à ça. Tout comme il avait déjà menti à plusieurs reprises, y compris pour se rendre à une fête, ou en séchant les cours. On pourrait croire que ses amis avaient une mauvaise influence sur lui, mais il aimait ça.

Il avait l'impression d'être moins lui, d'être plus celui qu'il devrait être, celui qu'il était incapable de devenir. Il avait toujours lorgné avec envie son cousin, James également, ... il appuya sur le bouton, avant que le bus s'arrête à l'arrêt auquel il descendait toujours. Mauvaises habitudes trop prévisibles. C'était toujours le même chemin. Toujours. Tout comme le fait qu'il ne prit pas la direction la plus rapide pour rejoindre l'appartement, mais s'égara dans la Clifton Forest. Il n'avait pas l'intention d'aller dans la forêt, mais bien de traverser le parc comme il le faisait à chaque fois qu'il n'était pas trop tard. Comme là, par exemple. Le soleil se dressait encore à l'horizon, et lui, il avançait tranquillement sur ce sentir familier, croisant une personne, peut-être même deux, mais cela n'avait rien à voir avec le parc du centre qui n'offrait que des péquenots près à se grimper dessus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : personne. Qui voudrait d'un fou furieux comme lui.
QUARTIER D'HABITATION : /
AVATAR : Tim Borrmann
CRÉDIT : faust

MESSAGES : 104
POINTS : 115
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mar 22 Aoû - 17:50

La vengeance. Il n'avait plus que ça en tête. Se venger absolument. Et les heures où il suivait le protégé d'Hellias, il avait appris plein de choses. En fait, il savait tout. Ou presque tout. Il y avait le blondinet, qui traînait avec lui. Un blondinet tout mignon, presque aussi adorable qu'Harvey. Une proie facile. Hellias lui servait sur un plateau deux proies faciles. Le blondinet et son protégé. Il s'imaginait déjà leur faire peur.
Les menacer de mort chaque jour. Peut être même les faire appeler Hellias.
Juste pour qu'il comprenne qui était le maître ici. Hellias, à cette pensée,
les articulations de ses poings blanchirent. Il avait osé menacer Arlo plusieurs fois. Il avait osé menacé son père aussi. Chose impardonnable.
Et il allait se venger. Arlo se baladait dans les rues du centre ville, alors que la nuit commençait à tomber. Il avait payé des types pour qu'il s'occupe du gosse. Du petit brun. S'il faisait le trottoir, alors Arlo allait lui envoyer des gens. Puis il s'était barré, un sourire satisfait de voir le gosse reculé et courir. Un gamin trop facile à effrayer.

Et alors qu'il allait rentrer, retrouver Harvey, Arlo fit un détour par le parc qui était soit disant une forêt. Un lieu parfait pour sortir des os du placard.
Arlo devait faire un tour, pour y foutre le corps de la fille avec les empreintes d'Hellias. Et alors qu'il faisait son repérage. Une tête blonde attira son attention. Le gamin. Un sourire amusé s'afficha sur son visage. Il allait enfin s'amuser. Il s'approcha à pas de loup et attrapa le gamin par les épaules, telle une proie. Il le détailla du regard avant de le planquer violemment contre un mur. Il prenait son temps, Arlo, il voulait voir la peur du gamins s'afficher sur son visage. Et quand il fut satisfait, Arlo déclara froidement:

"Tu es celui que je cherchais petit... Tu vas me suivre, et sans dire un mot, ou je serais capable de t'écorcher vif sur le champs..."

Arlo jubilait. Il tenait le gamin beaucoup plutôt que prévu. Avec un peu de chance, il chopperait le deuxième et il verrait la déchéance d'Hellias à la télé. Un rire froid lui traversa la gorge et il reprit alors:

"Remercie ton ami pour t'avoir mis sur mon chemin... Tu vas devoir payer à sa place, quelle dommage..."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mar 22 Aoû - 18:36


Il ne s'y attendait pas. A ces mains qui l'attrapèrent par les épaules. Saveur ferreuse aux creux des lèvres, frissons désagréables, comme le passé ressurgi, assassin. Son palpitant s'agitait, avant même de se retrouver le dos plaqué, son corps prisonnier de la fraicheur et de la folie. L'autre ne soufflait pas un mot, et Arthur était bien incapable de laisser autre chose que sa respiration s'extirper de la crainte qui lui comprimait le torse. Il le fixait, sans réellement comprendre ce qui se passait, puis son regard fut celui qui prit la fuite, à la recherche d'une autre personne dans les alentours. Mais ce qu'il chérissait un instant plus tôt se retournait contre lui, il n'y avait pas âme qui vive. Alors, il laissa son regard revenir sur lui. N'importe qui n'aurait rien deviné, lui, il avait l'impression de reconnaître, comme une sensation familière, cette impression malsaine, dans ce regard qu'il déposait sur lui. Rien d'identique, mais suffisamment similaire pour lui offrir cette gorge sèche et cette crainte tétanisante.

Ce fut à cet instant que le timbre glacé sembla sinuer sur sa peau, lui arrachant un frisson. Il ne comprenait pas ce qu'il entendait par celui qu'il cherchait. Ou d'une manière qui n'était pas la bonne. Il l'entendait le menacer, lui ordonner silence et obéissance, sous peine... Il n'y avait pas de lames apparentes, mais l'homme semblait assez instable pour en dissimuler une, ou pour le frapper tout simplement. Il se mit ensuite à rire... Arthur s'obligea à inspirer une gorgée d'air, mais fut troublé par ce qu'il était en train de lui dire. Remercier... un ami ? Quel ami ? A sa place ? Mais de quoi est-ce qu'il était en train de parler ce dingue ? Parce qu'il l'était, complètement dingue. Assez même, peut-être, pour se tromper de victime, ou pour délirer totalement.

« Je vois pas de qui vous parlez. » souffla-t-il dans un murmure, avant d'avaler la salive absente dans sa gorge. « Vous devez vous tromper... personne... oserait se mettre sur votre chemin. »

S'il aurait pu mentir, ce n'était pas le cas. Non. Pas cette fois-ci. Pas face à ce type. Il n'était pas le genre de mec que l'on voulait se mettre à dos, c'était plutôt une évidence. Et puis peut-être que c'était le "petit", mais il s'était mis à le vouvoyer, comme si cela permettait de garder une distance entre eux, alors qu'il détestait le contact de ses mains. Il ferma les yeux, une seconde, peut-être deux, comme pour inspirer à nouveau.

« Je dois rentrer... je dois vraiment rentrer... mais je peux revenir demain... si vous voulez... » Les mots se heurtaient à ses lèvres, les semi-vérités hachurées, les promesses mensongères recrachées. « Promis. » Mais peut-être, oui, peut-être serait-il assez fou pour croire l'innocence déjà brisée.

Il leva doucement son bras vers celui de son agresseur, supplique silencieuse du gamin qui cherchait à disparaître. Car bien sûr qu'il ne reviendrait pas. Bien sûr qu'il ne respecterait rien. Certainement que ce n'était que des coups d'épée dans l'eau, que le monde, son monde, tentait désespérément de l'étouffer à travers la présence du monstre à peine soupçonné, du croquemitaine à la peau trompeuse. Mais si une comptine pouvait chasser l'ombre, peut-être des promesses trahies pourraient en faire de même. Naïfs espoirs.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : personne. Qui voudrait d'un fou furieux comme lui.
QUARTIER D'HABITATION : /
AVATAR : Tim Borrmann
CRÉDIT : faust

MESSAGES : 104
POINTS : 115
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mer 23 Aoû - 7:18


Le gamin le croyait naïf à ce point. Tous les gamins lui disaient ça. Harvey lui avait dit ça et maintenant il se trouvait dans sa cave. Arlo détailla le blond du regard. Son regard effrayé lui arracha un sourire amusé. Oh oui, Arlo s'amusait de cette situation. Il se vengeait d'Hellias à travers ce gamin. Il prit son temps, gardant une poignée ferme sur son bras. Il ne savait pas de qui il parlait? Vraiment? Il fallait y remédier.

"Ton petit copain Evan et son ami Hellias... J'aurais pu m'en prendre directement à eux mais ça ne marcherait pas... Alors c'est toi qui va payer pour eux... il fallait choisir mieux tes amis, gamin..."

Et il commença à le tirer. Le traîner. Arlo s'en fichait bien s'il faisait du mal. Il ne voyait que sa vengeance. Son plan commençait maintenant. Et sentant Arthur pas prêt à lui obéir, il sortit son couteau. Son meilleur ami, celui qui ne le quittait jamais. C'était un couteau offert par son père, pour qu'il suive sa destinée. Il plaça sa lame dans le dos de l'adolescent et il lui intima d'avancer.

"Tu vois si tu t'arrêtes, la lame traversera ton corps... alors je te conseille de pas jouer au plus malin avec moi..."

Et il reprit sa route. Harvey aurait un compagnon de cellule. Mais il comptait pas demander du fric pour celui-là. Il voulait Hellias et il l'aurait. Il attrapa d'une main son téléphone et envoya un sms à Hellias. Un sourire mauvais sur son visage. Contrairement à Harvey, il n'aurait aucune pitié pour celui-là.

Alors qu'il entendit les fausses promesses du gamin, Arlo se mit à rire. Un rire glacial. Un rire sans joie. Sa main s'apposa violemment sur la joue du garçon et il lança, fou de rage:

"Ferme-là ou je te tue sur le champs... "

La folie prenait Arlo. La folie meurtrière. La vengeance pour l'affront que lui avait fait subir Hellias. Le regard meurtrier se posa sur le blond. Il voulait l'étrangler. Lui enlever toute forme de vie en lui. Mais il se retint. Ce n'était pas son plan. Pas encore du moins.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mer 23 Aoû - 15:23



Evan tout d'abord. Ce fut le premier nom soit-disant responsable de l'attention malsaine du brun. Puis, à nouveau, il entendit parler d'Hellias. Il faudrait vraiment qu'il le rencontre, ce type, parce qu'il revenait un peu trop souvent dans la conversation. Quant à Evan, aux yeux d'Arthur, il ne serait jamais responsable... s'il devait y en avoir un, ce serait ce Hellias... Ou peut-être que non, peut-être que l'unique était le cinglé face auquel il se trouvait. Celui qui semblait prendre un malin plaisir à sa peur. Selon lui, s'en prendre directement à eux n'aurait aucun effet, alors c'était à lui de subir. Un nouveau frisson glacé parcouru son dos, tandis qu'il résistait à l'emprise de l'inconnu qui le trainait, ne relâchant pas sa prise. Mais Arthur ne voulait pas le suivre, il regardait partout, le sol, n'importe quoi. Peut-être qu'il n'était pas le plus courageux du monde, mais s'il trouvait un morceau de bois, il frapperait. Il frapperait aussi fort qu'il aurait aimé pouvoir le faire contre son père. La peur le dévorait, le bouffait littéralement de l'intérieur, son cœur battait si fort qu'il l'empêchait d'entendre clairement, mais le rendait conscient du moindre détail désagréable. La douleur, ses doigts qui meurtrissaient sa chair, l'impression de retourner dans une cage qui lui nouait le ventre, la respiration devenant difficile, comme si un poids pesait sur sa cage thoracique.

Mais le croquemitaine sortit une lame qu'il plaça au bas de son dos, le glaçant, suspendant sa respiration. L'ordre était clair, avancer. Et les mots n'étaient que de nouvelles menaces. Le fait qu'il se moquait de le blesser, de l'amocher. Arthur serra la mâchoire, retenant les larmes qui pourtant ne venaient pas, le regard sec, la crainte comme une vieille litanie revenue se lover contre sa peau glacée. Il n'y avait plus de contact qu'entre la lame et lui, tandis qu'il avançait, tandis que l'autre semblait distrait. Les mots s'échappèrent. Demande. Fausse promesse. Un rire lui répondit, le genre qui ne fit que le glacer un peu plus. Suivi d'une gifle brutale qui vint lui heurter la joue. Un léger goût de sang sur la langue l'avertit que sa lèvre s'était sans doute fendue, mais c'était le regard que l'autre posait sur lui qui le dévorait. Il eut un pas de recul, comme s'il était redevenu le gamin qui n'avait pas intérêt à raconter quoique ce soit, qui n'avait pas à dire non, qui...

« D'accord. » souffla-t-il d'un timbre sourd, son regard s'abaissant avec soumission.

Comme autrefois. Il regarda ses chaussures. Moins d'une seconde plus tard, il détalait comme un lapin. Il connaissait le coin, le sol, la moindre racine, et il ne cessait de courir, l'adrénaline s'agrippant à lui, larguant même son sac. Adieu cahiers, livres, et autres liens avec l'école. Son téléphone était dans la poche de son jean, mais il ne pensa pas à le prendre pour appeler. Il voulait juste fuir. Loin, très loin du monstre. Il repoussa une branche, la laissant claquer derrière lui au cas où le croquemitaine gagnerait du terrain. Il sentait ses muscles qui lui faisaient mal, et il se promit que s'il parvenait à lui échapper, il ferait plus de sport. A la place, il était sourd, le myocarde tambourinant, cavalant, laissant l'écho de ses sabots résonner à ses oreilles. Et pourtant, il ne mollissait pas. Il fuyait... comme si le fantôme de son père s'apprêtait à le dévorer une nouvelle fois. Qu'importe le monstre, il ne retomberait dans les mains d'aucun d'eux. Et la haine, ce sentiment improbable chez lui, vint se nicher dans son palpitant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin dédoublé

AGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : personne. Qui voudrait d'un fou furieux comme lui.
QUARTIER D'HABITATION : /
AVATAR : Tim Borrmann
CRÉDIT : faust

MESSAGES : 104
POINTS : 115
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mer 23 Aoû - 17:34


Arlo pensait avoir réussi. Il pensait tenir sa revanche sur Hellias. Mais le gamin lui échappa. Il s'était enfui. Il poussa un cri de rage et il le poursuivit. D'abord Hellias et maintenant ce gamin. Il avait envie de le tuer sur le champs. Tant pis s'il se mettait du sang sur les mains. Ca ferait un gamin de moins autour d'Hellias. Et il aurait plus qu'à s'occuper de cet Evan. Il voulait le voir anéanti. Il continua de poursuivre le blondinet silencieusement. Ca servait à rien de gueuler. Le regard meurtrier. Ca oui, ce gamin paierait pour l'avoir fait courir. Il pensa à lui briser les doigts un par un. A cette pensée, un sourire mauvais s'installa sur son visage et il se mit à le poursuivre plus vite.

Et alors qu'il regardait les alentours, il vit un autre gamin dans la forêt. Il courait. Non pas comme l'autre qui voulait lui échapper. Arlo n'eut aucun mal à le maîtriser. Et lui aussi, il le traîna. Soudain, il le vit, le blondinet qui courait encore. Et cette fois-ci, il gueula:

"Gamin, tu restes où tu es et tu ne bouges pas ou celui ci risque de crever à ta place...."

Comme il ne voulait pas attendre après le blond, il enfonça le couteau dans la poitrine du rouquin. Oui, il avait attrapé un rouquin. Ce même rouquin qui gueulait. Avec une mine satisfaite, il reprit en hurlant:

"Tu as entendu comment ton petit copain hurle? Si tu ne veux pas subir la même chose, tu restes là..."

Mais le blond en avait rien à faire. Alors il acheva le roux. Il lui ouvrit le torse en deux et il le laissa mourir, sans même un regard. Il reprit son couteau et il repartit à la poursuite du petit blond. Il allait l'avoir ou quand il le retrouverait, il souffrirait. Son plan prenait encore une autre tournure. Il allait faire souffrir ce blondinet de malheur. Il voulait entendre ses cris, ses supplications pour qu'il arrête. Mais Arlo n'arrêterait pas. Au moins, il était satisfait. Il avait tué un sale gosse ce soir.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   Mer 23 Aoû - 18:15



Il courait. Aussi vite qu'il le pouvait. Il s'éloignait du monstre prêt à le dévorer, le cœur ne cessant de se fracasser. Sa gorge le brûlait comme s'il était en train d'avaler de l'acide. Mais cela ne l'empêchait pas de courir. Il venait de lancer un regard en arrière, et il l'avait vu qui le poursuivait, comme un regain d'adrénaline, le prédateur le suivait à la trace et sa proie n'avait qu'une idée en tête, courir le plus vite possible loin de lui, mettre le plus de distance entre eux. Peut-être qu'alors il abandonnerait... au moins cette fois. Sa voix le fit sursauter, son ordre, il pouvait bien se le mettre où il voulait, sauf que ses mots, le firent regarder derrière lui, ralentir juste un peu pour éviter de se ramasser comme un idiot si jamais l'autre se moquait de lui, si cela s'avérait être un piège. Mais le croquemitaine était réel, il se tenait là, non loin de lui, son couteau s'enfonçant dans le torse d'un autre adolescent. Le hurlement qui s'échappa de ses lèvres... ça aurait pu être le sien. Malgré le frisson qui dévalait son être, Arthur le savait, le monstre l'avait plus ou moins avoué... il risquait de mourir à sa place. Il reprit la parole, des mots au sens biaisé.

« Menteur ! » hurla-t-il, non pas sur ses menaces, mais sur le fait qu'il ne lui arriverait... rien, ou du moins, pas la même chose. « C'est toi qui devrais crever ! »

Il secoua la tête, préférant s'enfermer derrière une seule idée fixe : il devait lui échapper, sinon il était mort, ou pire, ou... Quoi, il n'allait pas crever ? Ou peut-être pas aussi rapidement ? Quelle chance... Il ne savait plus vraiment ce qui était pire. Alors il pivota sans une hésitation, lui qui s'était immobilisé, reculant malgré tout sans pouvoir s'en empêcher, recommença à courir, loin du monstre au visage angélique déformé par le diable niché dans ses entrailles. Il aurait pu sembler beau, attirant même, mais la laideur pulsait derrière le sang qui maculait ses doigts, ce visage déformé par la douleur de celui qui poussa un autre cri presque aussitôt qu'il avait fait son choix. Un dernier regard, celui qui le hanterait, celui qui humidifia ses yeux, mais il serra les poings, et accéléra l'allure, son souffle saccadé s'échappant de ses lèvres. Il venait de causer la mort de quelqu'un, c'était comme si ses propres mains étaient pleines de sang. Comme si c'était lui qui l'avait tué... Il aurait pu le sauver. Il aurait... Non. Il serait peut-être tout aussi mort, et ce n'était pas le moment de penser à ça. Il avait l'impression d'étouffer... Il avait l'impression que son palpitant allait finir par exploser, sans prévenir. C'était lui qui aurait dû crever, songea-t-il, ses ongles s'enfonçant dans ses paumes jusqu'au sang, comme pour se punir ou se donner du courage, il n'en savait rien, ne le réalisait même pas. Il courait après ce foutu destin pour survivre.

Il fallait retrouver de la foule, du monde où se dissimuler, où il pourrait disparaître. Les bois seraient la pire idée du siècle, il serait encore capable de s'y perdre et de tomber par erreur sur le monstre. Lorsqu'il sortit enfin du parc, ce fut comme si l'air le fouettait en plein visage. Mais il ne s'arrêta pas, malgré la douleur, et le fait qu'il avait l'impression qu'on venait de lui enfoncer un poing dans le ventre... il ne pouvait pas se permettre de s'arrêter. Pour lui. Pour... Evan. Evan... ce fou... Mais il y penserait après, quand il lui aurait échappé... et quel meilleur endroit qu'un lieu plein d'étudiants pour ça. L'université n'était pas loin, ainsi que certains lieux où il en croiserait d'autres. Là, il le perdrait. Là... Mais il connaissait les rues, ici, c'était son quartier, et chaque petit recoin était un passage que l'autre, avec un peu de chance, ne connaîtrait pas. Alors peut-être que, il le perdrait avant. Et vu sa forme olympique, ce serait peut-être mieux. Et... il appellerait sa sœur, pour lui dire de ne pas rentrer. Pas ce soir. Pas toute seule. Parce que le croquemitaine était un assassin et qu'il l'avait rendu fou de rage.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: And now you make me shiver (arlo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
And now you make me shiver (arlo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Make the Evolution V4
» Make some NOISE !
» Make-up
» AXEL&NIRI ✿ make love, not war.
» ❝ You know i need you to make it real. ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Come and Play :: la corbeille.-
Sauter vers: