AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Don't want to let you down (evan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Don't want to let you down (evan)   Ven 18 Aoû - 19:40

Il s'était contenté de fermer l'appartement qu'il partageait avec sa sœur, celle sous la tutelle de qui il vivait depuis la "disparition" de leur père. Comme s'il se trouvait réellement au cimetière, il avait perdu ses droits sur ses enfants, mais il restait pourtant celui sans qui ils n'existeraient pas. Malgré tout, Arthur ne pensait plus vraiment à lui, parfois il revenait le hanter, comme une ombre se glissant autour de lui, vieille impression de malaise au contact des autres. Mais il s'était relevé, la tête, l'esprit, les rêves, tous braqués vers les étoiles et les études. Tous braqués vers une existence différente. On devinait rarement qu'il gardait des cicatrices indélébiles qui l'avaient abîmé, à moins de faire parti de ceux qui en portaient des semblables, d'en reconnaître la fêlure, lacération tenace à même l'âme chiffonnée. Comme si cela se percevait dans les gestes ou les regards. Quelque chose comme une impression... Mais pas ce matin. Arthur se sentait bien, ses écouteurs sur les oreilles, l'esprit perdu dans ses pensées, les mains ancrées dans ses poches. Il maîtrisait chaque leçon, son sac contenait tout ce qu'il avait à rendre, tout ce dont il avait besoin, et la journée ne pouvait pas mieux commencer. Il allait rejoindre ses amis au lycée, il allait pouvoir passer une journée à potasser, sans avoir la moindre envie d'écrire dans son petit cahier.

Le visage collé à la vitre du bus, il n'entendait même pas le ronronnement du moteur, ou les paroles un peu trop forte des femmes qui se trouvaient à l'avant. A la place, il souffla sur la vitre contre laquelle il appuyait son front, scrutant la ville sans la voir, faisant apparaître une buée, condensation. Il inscrivit la formule de l'eau à l'état de vapeur, la laissant rapidement disparaître comme s'il venait de graver un message secret pour le suivant qui viendrait s'installer à sa place. Ses yeux se fixèrent sur l'arrêt qui était le sien, comme si tout était calculé. Inévitable, ça lui plaisait bien de croire à la théorie du destin aujourd'hui, quand demain il préférerait plutôt celles des probabilités et de la cause à effet. Il s'en moquait un peu au fond, alors qu'il descendait du bus, prenant la direction du lycée dans lequel il s'engouffra. C'était son quotidien, l'un de ceux qu'il appréciait particulièrement, un refuge depuis toujours, alors qu'il se moquait du regard des autres, de ce qu'on pouvait penser de lui.

Il s'avança dans les couloir, s'arrêta à son casier pour déposer quelques affaires, avant de se diriger vers une silhouette familière qu'il entrevit un peu plus loin. Evan. Il avait appris à le reconnaître, de la même manière qu'il était capable de le faire avec James ou Orion. Les quatre marauders, c'était eux après tout. Un frisson dévala sa nuque, maculant son dos, jusqu'à se noyer au creux de ses reins. Un mauvais pressentiment. Il n'y avait qu'à regarder Evan, sa façon de se tenir, cette crispation reconnaissable entre mille pour qu'Arthur voit les prémisses de sa belle journée se fracasser en un millier de morceaux.

« Evan ? » souffla-t-il, ses doigts venant se poser sur son bras avec douceur, comme s'il craignait qu'il se brise s'il faisait le moindre geste trop brusque.

C'était impossible, et en même temps, Arthur savait. Aussi n'ajouta-t-il pas de "ça va ?" parce qu'il sentait que ce n'était pas le cas. C'était comme un millier d'aiguilles prêtes à s'acharner sur un être. Comme des centaines de dards venant s'enfoncer dans une chair déjà abîmée. Et dès la première seconde, comme face à un miroir déformé, il s'était attaché à ce garçon qu'il avait voulu aider à aller mieux, à se sortir de tout ça. Il était là. A quoi bon le nier, sa main sur son bras ne signifiait que cela : "je suis avec toi."

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 19 Aoû - 6:30

L'école. Chose qu'Evan détestait le plus. Les cours,
les profs, l'autorité. L'autorité lui faisait peur. Heureusement, qu'il avait réussi à se faire des amis. Sinon il se serait tiré tout simplement. Il préférait l'école de la rue. Cet univers de riches, c'était pas son délire. Il allait là parce que tout simplement, sa famille d'accueil l'avait inscrit ici. D'ailleurs c'était encore Byron qui l'avait amené, comme s'il avait peur qu'Evan ne sèche les cours. Bon d'accord, il l'avait déjà fait une fois. Et c'était encore le fils aîné de la famille qui l'avait engueulé. Non mais pour qui il se prenait celui là? C'était pas son père. Son père. Il souvenait de la dernière fois qu'il l'avait vu. Le regard toujours aussi furieux, toujours aussi minable. Il avait voulu le cogner. Mais Evan ne l'avait pas fait. Il était parti tout simplement.

La voiture s'arrêta et la voix désagréable de Byron lui intima de descendre.
Il le traitait comme un bébé. Evan ne serait même pas étonné qu'il l'accompagne jusqu'à sa place en classe s'il apprenait qu'il séchait une nouvelle fois. Evan le fixa de son regard noir et sortit de la voiture. L'adulte lui souhaita une bonne journée alors qu'Evan resta silencieux. Et une fois la voiture éloignée, il le traita de connard. Oui c'était un connard pour l'avoir emmené dans ce lieu qui lui provoquait de l'angoisse. Evan se résigna et entra dans le lycée. Mais à nouveau les démons le tourmentait. L'adolescent se figea. Il avait cru voir son père à l'autre bout du couloir. Comme s'il était venu le chercher. L'angoisse le prenait une nouvelle fois à la gorge comme un chien enragé. Il détestait peut être sa nouvelle famille mais il ne voulait pas retourner vers son père. Il était sûr qu'il allait tomber à terre, que l'angoisse allait le manger tout cru. Evan paniquait au point d'avoir la vue qui se brouillait. Et soudain, alors qu'il crut mourir étouffé, une voix au loin le tirait de ses pensées les plus effrayantes. Une main douce mais réconfortante. Il réussit alors à dire:

"Chut.... parle pas si fort.. il est là.. Il va me récupérer...."

Alors qu'Evan posa enfin son regard sur Arthur, il reprit:

" Il m'a retrouvé et il est venu me chercher, Arthur.... "
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 19 Aoû - 7:48

L'angoisse. La peur si terrible qu'elle venait nécroser les moindres secondes se dévoilait sous ses yeux. Evan était complètement paniqué, et pour cause. Arthur savait parfaitement de qui il parlait, et un frisson divagua le long de son dos jusqu'au creux de ses reins. Un autre. Cette peur ancestrale qui revenait parfois le hanter sous un contact, sous la possibilité que son père puisse être relâché pour bonne conduite. Qu'il puisse finir un jour sa peine, et cela finirait par se produire. Les Blythe n'avaient pas déménagé. Ils étaient resté à Bristol. Mais ce jour-là, il aurait meilleur temps de ne pas revenir traîner dans les parages, sinon il le regretterait. Arthur aimerait croire qu'il aurait le courage de lui en mettre une lui-même, de le chasser comme on ferait fuir un mauvais rêve. Mais peut-être qu'il serait tétanisé. Peut-être qu'il fuirait. Qu'il lui hurlerait dessus. En attendant, il vivait. Il avait survécu, il s'était relevé, il avait avancé. Fragile reflet déformé qu'il avait sous les yeux, les mots d'Evan venaient de le toucher, de lui arracher ce frisson, mais pas cette force qu'il ne savait même pas reconnaître en lui. Ses doigts restèrent sur son bras, son regard s'ancra dans le sien.

« Il pourra pas. Il en a pas le droit. Tout va bien aller, je te le promets. » murmura-t-il pour l'apaiser, lui montrer qu'il avait entendu ce qu'il disait, ses craintes.

Peut-être que c'était vrai. Peut-être que ça ne l'était pas. Sans doute, que ça ne l'était pas. Ce n'était pas la première crise d'angoisse de son ami. Mais les peurs trouvaient leurs origines et s'enracinaient de manière parfaitement illogique, juste parce que quelque chose avait semblé familier. Il avait remarqué le regard lancé, la direction visée, alors il se mit à réfléchir à un endroit qui permettrait de calmer le jeu, de lui laisser le temps de se reprendre... pour aller ensuite en cours. La bibliothèque. Il la connaissait comme sa poche, et peut-être même que le documentaliste ne les remarquerait pas, occupé à faire autre chose. Mais ce n'était pas comme s'il voulait y passer une bonne partie de la journée, ou s'y cacher pour l'éternité. Il voulait juste un coin tranquille pour qu'Evan se sente mieux.

« Viens, on va aller se poser dans un coin de la bibliothèque en attendant les cours. » ajouta-t-il en lui tirant doucement le bras, désireux de l'entraîner de l'autre côté de ce qu'il semblait redouter. Mais il n'était pas du genre à imposer quoique ce soit. Et puis, c'était pas le genre de comportements à avoir, lui-même et les contacts, ça ramait parfois.
« J'te laisserai pas. » Quelques mots de plus, comme pour lui dire qu'ils iraient ensemble, et que les fantômes pouvaient bien aller se faire voir. Si les deux autres marauders avaient été là, sans doute qu'ils auraient semblé encore plus fort, mais c'était déjà ça, ils étaient déjà eux deux. Des amis proches, les meilleurs, ceux qui avaient traversé des choses dégueulasses, tâches indélébiles sur leurs âmes d'enfants ayant grandi trop vite, présents l'un pour l'autre. Arthur l'aiderait, il se l'était promis dès le début.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 19 Aoû - 10:51


Parfois des choses le fait mentir. Arthur le faisait mentir sur le fait qu'il détestait l'école. Arthur c'était comme Hellias. Sur qui il devait se raccrocher pour ne pas tomber. Arthur, il avait son âge. Arthur, c'était celui qui avait réussi à apprivoiser l'animal sauvage qu'était Evan. Et il était toujours la pour lui. Et Evan, sombre fantôme au regard craintif, ne voyait que lui. Et les autres bien sûr. Il y avait aussi James et Orion. Même s'il avait l'impression que James ne l'aimait pas ou qu'il faisait juste semblant d'être ami avec lui. Et Evan ne faisait que sombrer. Parce que plus le temps passait, plus il se rendait compte que le paternel avait raison. Qu'il était rien. Que personne ne l'aimerait et que personne ne voudrait de lui. Et Evan était loin dans ses pensées, absent de la réalité. Il entendait la voix d'Arthur, au loin. Il le rassurait. Hellias le rassurait aussi. Mais Hellias était pas là. Il y avait Arthur.

Il n'entendait plus le brouhaha de l'école, il n'entendait plus rien. Peut être qu'il était de nouveau enfermé, Evan. Peut être que son paternel l'avait attrapé par le col et qu'il l'avait jeté violemment dans sa chambre. C'est les souvenirs qu'il avait de son enfance. La violence. Les mots vulgaires. Les insultes. Et alors qu'il paniquait encore plus, ce fut la voix douce d'Arthur qui apaisa ses craintes. Il n'était pas de retour. Il était encore à l'école, et il y avait assez de monde pour que son père ne soit pas là. Il laissa Arthur l'entraîner vers la réalité. Il vit le visage de son ami qui lui proposait d'aller à la bibliothèque. Evan bougea un peu et commença à marcher tout en s'accrochant au bras d'Arthur. La bibliothèque, c'était pas son truc. Parce qu'Evan était pas normal. Après quelques minutes de marche et de silence, Evan murmura un merci. Arthur était son meilleur ami et ce n'était pas pour rien.

Il le prit dans ses bras doucement, comme s'il croyait n'était qu'un mirage. Il recherchait encore et toujours l'affection. La fille de la famille d'accueil, lui en faisait souvent des calins, comme ça. Et elle pleurait aussi souvent. Il n'avait confiance qu'en elle. Lydia. Parfois, il la prenait pour sa mère. Il voulait qu'elle soit sa mère. Celle qui ne l'avait jamais voulu. Celle qui n'était jamais revenue. Mais Evan était avec Arthur. Et son angoisse naissante partit, peu à peu, dans les bras de son meilleur ami. Il n'avait juste besoin que de ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 19 Aoû - 18:24

Pas un mot ne fut prononcé par Evan, alors qu'il avançait, s'accrochant au bras d'Arthur, qui comprenait. Trop bien. C'était toujours comme ça, après les cauchemars, des fois, ils ne pouvaient s'empêcher de revenir flotter, de rôder dans les parages comme des charognards. Déjà, c'était bien de pouvoir s'en éloigner juste en esquissant quelques pas, de laisser la cohue les éviter sans réellement les voir. C'était juste la vie qui continuait, et elle n'attendait personne. Il fallait savoir l'attraper au vol, savoir... avancer. Vraiment. Lever la tête vers le ciel et sentir le vent caresser son visage. Écouter des paroles fredonnées et se dire que c'était une réalité. Celle qui comptait à cet instant, c'était leurs êtres qui s'agrippaient à l'autre, simplement, sans fioriture, sans ambiguïté troublante. Juste deux amis qui marchaient dans un couloir et auxquels on ne faisait pas vraiment attention. Mais ça, ça allait très bien à Arthur, surtout pour Evan. Il avait appris à hausser les épaules avec indifférence, à mentir trop facilement, même à ceux qu'il aimait, par nécessité, par crainte, par obligation. Maintenant, ça venait trop facilement, les bobards qui se noient à ses lèvres quand il en a besoin. Mais à Evan, il n'avait jamais menti. Pas même là, quand il affirmait qu'il ne le laisserait pas. Il ne mentait pas, il le pensait sincèrement.

Alors quand il l'entendit souffler un merci, il pivota pour le regarder, lui adressant un sourire sincère. L'un de ceux qu'il ne destinaient qu'à ceux qui avaient de l'importance. L'un de ceux qui le caractérisaient pourtant si bien, lui, sa douceur, sa loyauté. On prétendrait trop facilement qu'il manquait de courage pour un marauder, mais c'était mal connaître son histoire, c'était ignorer qu'il s'était levé matin après matin, qu'il avait tenu sa langue, qu'il... Des souvenirs dont il ne parlait pas, ou trop peu. Il s'apprêtait à ouvrir la bouche pour lui dire que c'était normal, qu'il pourrait toujours compter sur lui, lorsque Evan le prit dans ses bras. Murmures tacites. Arthur resta figé durant une seconde, puis une deuxième, comme s'il attendait, ne sachant pas vraiment comment il se sentait. Attendant le frisson, le malaise. Rien. Il entendait juste son cœur qui se fracassait, fragile agitation. Il ne savait pourtant pas non plus comment il devait réagir. Mais il finit par passer ses bras autour de lui à son tour, soupirant presque de soulagement que son subconscient ne lui joue aucun tour, qu'il ne ressente aucun malaise. C'était juste un instant, comme ça, l'enlacement de deux amis dans un lycée. Rien d'anormal. Rien de surprenant. Peut-être un peu, mais Arthur s'en moquait. Trop sage, toujours trop sage, l'élève modèle à qui les profs pardonneraient tout, sans le moindre doute. Parce qu'il était intelligent, parce qu'on lui donnerait le bon Dieu sans une hésitation. Il le serra un peu plus contre lui, silencieux, de ce geste qui signifiait ce "je comprends" informulé.

« Ça va mieux ? » qu'il finit par demander au bout de longs instants. Pas qu'il se lassait, mais il le sentait se détendre contre lui, alors que rien d'autre n'avait vraiment d'importance. Il l'aiderait... il l'aidait. Deux âmes souillées par l'ignominie, presque des frères d'adversité. Presque.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Dim 20 Aoû - 8:39


Evan commençait à aller mieux, il commençait à ne plus voir ce fantôme qui le poursuivait. Il était avec Arthur. Ce meilleur ami, ce frère. Peut être plus? Non, Evan ne pensait pas à cela. Il se soutenait mutuellement quand l'un et l'autre n'allait pas. Ils étaient juste deux frères. Lorsque le blond demanda au brun s'il allait mieux, Evan s'écarta doucement de son ami. Il savait qu'il n'aimait pas trop ça les contacts rapprochés. Evan fixa Arthur et dit:

"Oui... merci... je ne le vois plus... et je n'étouffe plus..."

Car oui, Evan, il étouffait comme à chaque fois. Il avait l'impression de mourir. Et il ne voulait pas que l'école appelle sa famille d'accueil parce que Byron allait venir. Et il serait sûrement en colère. Et Evan allait surêment se faire taper par Byron. Parce qu'il était destiné à ça. Evan fixa son ami et il reprit doucement:

"Désolé... j'ai paniqué... mais c'est à cause de Byron.. le fils de la famille qui m'accueille... Il me rappelle mon père parfois... J'ai jamais le droit de rien faire avec lui..."


Evan se détendait enfin, il retrouvait son esprit et son corps mais aussi son regard perdu de chaton. C'était Lydia qui disait ça. Evan n'était qu'un chaton. Un chaton à la triste vie. Mais il y avait un autre chaton, juste en face de lui. Il y avait aussi Arthur. Il fixa son ami et dit:

"J'ai pas envie d'aller en cours, tu veux venir avec moi? On irait en ville promis on fera rien de mal, j'ai juste besoin de prendre l'air... Et pas de rester enfermé dans une salle de classe..."

Il proposait ça, comme ça. Peut être que le temps d'une journée, ils pourraient avoir une vie normale. Evan aurait voulu aller à Londres, voir la capitale au moins une fois. Dans son esprit se formait le plan de partir là bas. Est-ce qu'il avait un rêve à la con comme Billy Eliott? Il en savait rien. Il n'avait jamais pensé à ça. Toujours qu'à survivre. Et maintenant il pensait toujours qu'à une seule personne. Hellias.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Dim 20 Aoû - 15:58

A sa réponse, Arthur laissa un sourire apparaître sur ses lèvres trop sérieuses durant ces derniers instants. La journée qui avait si bien commencé et qui semblait avoir tourné au désastre, ne l'était pas tant que ça, désastreuse. Evan s'était écarté, se souvenant peut-être qu'il n'était pas fan des contacts, peut-être simplement pour montrer qu'il allait mieux. En attendant, il le fixait à cette seconde, mais cela n'avait rien d'étrange, lui-même fixait Evan. Mais en entendant la suite, il avait conscience que ce n'était pas glorieux dans sa famille d'accueil. Lui au moins avait sa sœur ainée, et son grand frère qui semblaient vouloir faire barrage. Il avait Andy aussi. C'était autre chose, quand on avait quand même une famille, une vraie famille, pour vous soutenir, mais il espérait bien que Evan le voyait comme quelqu'un du genre.

« Peut-être qu'il veut bien faire ? Peut-être qu'il pense t'aider ? » supposa-t-il, mais il ne les connaissait pas, les Douglas. Il n'avait que les retours d'Evan à leur sujet, que les histoires qu'il pouvait bien lui raconter.

Alors, peut-être, peut-être pas. Mais Arthur pensait qu'on ne choisissait pas les familles d'accueil comme on choisissait sa propre famille. Que les choses ne pouvaient pas être pire. Peut-être qu'il rêvait un peu trop parfois. Ouais, peut-être bien. En attendant, il avait su rebondir, vivre de son côté, et c'était pas en soupçonnant le mal chez tout le monde. Fallait quand même avouer qu'il gardait sans s'en rendre compte une distance de sécurité avec certains, et que c'était pas le gamin le plus sociable du monde. Des amis, il n'en avait pas tant que ça. Et puis Evan lui proposa de sécher... Le truc qu'il n'avait jamais fait de sa vie. Jamais assez malade pour manquer l'école, jamais assez stupide pour se laisser entraîner. Ça avait été son refuge toutes ces années, et encore aujourd'hui, c'était l'un des endroits qu'il aimait le plus. Pas forcément les locaux, mais l'idée de pouvoir faire un truc de sa vie, de s'en sortir, de ... Il lui promettait qu'ils ne feraient rien de mal...

« Ma sœur flipperait complètement si elle apprenait que je fais qu'y penser... » qu'il avança comme la meilleur excuse du monde.

Raison pour laquelle, voyons, il ne pouvait pas faire un truc pareil. Pourtant il était tiraillé. Il avait promis d'aider Evan, d'être là quoi qu'il arrive. Il venait encore de lui assurer qu'il ne le laisserait pas, et il était en train de se dérober comme le dernier des trouillards. Hésitant, il se mit à se mordre la lèvre inférieure, ne sachant pas vraiment quoi faire. Et en même temps, malgré tout ce qui justifiait qu'il reste, il y avait son amitié pour Evan qui lui hurlait de faire le contraire, d'être un peu moins coincé pour une fois. De faire ce qu'il s'était promis, d'être là... Sa sœur le tuerait.

« Ok. » C'était sorti sans vraiment qu'il en ait conscience, alors qu'il réfléchissait encore à ce que ça impliquerait. Rien à rendre. Pas de devoir sur table. Juste un mensonge à balancer à sa sœur pour qu'elle justifie son absence du jour auprès du proviseur. « Si t'as besoin, ok, on y va ensemble. »

Il sentit un frisson courir de sa nuque au creux de ses reins. Une autre sorte que les autres. Juste cette sensation de prendre un risque, de sortir de ce chemin qu'il maîtrisait si bien. Et il ignorait ce qu'il en pensait. Mais pour une fois... ou pour une fois, il ferait autrement. Tant qu'ils étaient ensemble, il avait l'impression que le monde ne parviendrait jamais à les atteindre.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Lun 21 Aoû - 16:56


Il aurait voulu lui dire d'autres choses. Ce qu'il pensait au plus profond de lui même mais il n'y arrivait pas. A quoi bon. Arthur accepta de sortir et de passer la journée dehors. Une première petite victoire pour Evan et Byron pourrait aller se faire foutre avec ses menaces. Evan était libre. Il prit son ami par la main. Pour le guider. Pour une fois, l'adolescent voulait être un guide. Et puis s'il fuyait le lycée, c'était pour échapper à son père. Mais ça, il ne l'avait pas dit à Arthur. Il l'entraîna dehors en sortant par la porte de derrière, là où personne ne pouvait les prendre sur le fait. Il préféra marcher au bus. Evan se sentait libre tout simplement. Il était libre d'exister. Libre de faire ses propres choix. Et il voulait revoir sa mère. Savoir qui elle était et pourquoi elle l'avait abandonné à son père. Mais il ne savait rien d'elle. Son père n'en avait jamais parlé sauf pour l'insulter et lui dire qu'il lui ressemblait.

Evan jeta un coup d'oeil à Arthur. Il ne voulait pas non plus l'entraîner dans des choses qui ne lui conviendrait pas. Et pourtant malgré lui, il l'entraînait à sécher. Il aurait pu partir seul mais il aurait fait des conneries. Et sans en parler à personne. Arthur était là pour l'accompagner dans un innocent tour en ville. Peut être qu'ils pourraient aller boire un café ensemble et se poser dans un arrêt de bus. Ils pourraient imaginer leur liberté à eux. Peut être hors de Bristol. Un frisson prit Evan d'un coup. Son coeur s'accélérait. Mais c'était normal. C'était peut être ça l'adrénaline. Il ne parlait pas beaucoup, perdu dans ses pensées. Soudain, il leva la tête. Un magasin de musique. Une idée derrière la tête. Il glissa à Arthur:" Attend moi là..."

Il entra dans le magasin, tout innocent. Le vendeur était occupé avec un type. Il chercha un cd. C'était rien. Mais pour lui c'était tout. Il trouva ce qu'il cherchait. Un CD de musique classique. Il ne savait pas pourquoi mais il pressentait que cette musique l'apaiserait. Il le planqua dans sa veste discrètement. Et avec le peu de sous qu'il lui restait, il acheta un cd de musique pop. Il pensait que ça correspondrait à Arthur. Il sortit du magasin et retourna vers Arthur. Il lui donna l'album et il sortit celui qu'il avait volé de sous sa veste.

"C'est rien... c'est juste que j'ai pas les sous pour tout payer... "


Ce n'était que le début. Il entraîna Arthur au centre ville. Evan qui ne cessait de regarder dans les alentours. Comme avant. Comme avant le foyer. Il avait cette peur en lui qui était revenu depuis qu'il était dans cette famille d'accueil. Et personne à part Arthur et Hellias qui ne l'écoutait.
Et soudain, il jura. Byron était là, sur la terrasse d'un café.

"Arthur planque toi... "
lança -t-il en l'entraînant dans une ruelle. "C'est bien ma veine.. Il a fallu que cet idiot soit là..."

Il fronça les sourcils, le regard était devenu plein de colère et de douleur en même temps. La peur le prenait à la gorge et instinctivement il attrapa le bras d'Arthur.

"Et si on lui piquait ses sous à ce connard?"Lança Evan, qui semblait moins en moins sûr de lui.

"Il nous paierait notre journée de luxe..." ajouta-t-il.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Mar 22 Aoû - 14:59

Il prit sa main à sa réponse affirmative. Une première fois, il fallait bien que ça se produise. Il était trop sage au fond, bien trop, Evan n'était pas une mauvaise influence, même si sa sœur risquerait de le faire remarquer, alors qu'elle, au lycée, elle n'était pas des plus exemplaires. Bizarrement, s'il sentait son cœur battre un peu trop fort, il faisait totalement confiance au brun pour le guider, et il le suivait sans une hésitation, pas même un regard en arrière. Il craignait de se dégonfler s'il s'arrêtait en chemin, s'il laissait ses iris s'attarder sur cet endroit qui avait toujours été son refuge. Déjà, ils étaient dehors, marchant dans la rue. C'était comme un nouvel univers, une nouvelle vision du monde, un "je t'emmerde" à son père là où il pouvait se trouver. Parce qu'il n'était plus obligé de se cacher en cours, parce qu'il n'avait pas à craindre qu'il vienne le chercher si l'école appelait. Bon... sa sœur le tuerait si elle venait à l'apprendre, mais pourquoi l'apprendrait-elle ? Parce qu'il connaissait pas mal de monde, mais Bristol était vaste. Arthur scrutait les alentours, lorsque Evan s'arrêta, lui demandant de l'attendre là... ce qu'il fit. C'était étrange de savoir qu'il aurait du se trouver en cours, et qu'il n'y était pas. Il lorgna sur son portable quelques instants, comme s'il s'attendait à y voir apparaître un message lui demandant où il se trouvait. Mais il n'y avait toujours rien lorsque Evan revint, et lui offrit un album.

« Merci... » commença-t-il, avant de voir celui que Evan sortait de sa veste.

Volé. Il l'avait volé. Ils étaient dehors, à sécher, et Evan commençait à voler. Il affirma qu'il n'avait juste pas assez d'argent, alors Arthur haussa les épaules, comme si ça ne comptait pas. C'était trop tard, après tout. Aussi se laissa-t-il entrainer à nouveau lorsque Evan décida de le guider direction le centre ville. Bristol, il y était né, il connaissait les lieux, certains lui rappelant plus ou moins de bon souvenir. Il savait d'ailleurs précisément où avait eu lieu l'accident de voiture de sa mère, mais son regard ne se perdit dans aucune direction. Et puis, brusquement, sans prévenir, Evan se mit à jurer, à le pousser à se casser, comme s'il y avait quelque chose, quelqu'un. Arthur le vit, Byron, le mec de sa famille d'accueil. Il ne peut que l'apercevoir que déjà ils disparaissaient dans une ruelle, laissant le palpitant du blond se fracasser dans son poitrail. Sous ses yeux, il le voyait, ce changement qui s’opérait en Evan, la colère, la douleur, et puis cette incertitude alors qu'il voulait faire une connerie de plus, sans doute la connerie de trop.

« Ou alors on peut aller chez moi, y a personne. Ma sœur travaille à cette heure-ci. » proposa-t-il en regardant fixement son ami, son meilleur ami et ses idées suicidaires. « Ce sera pas une journée de luxe... mais ça me dit vraiment pas de voler quelqu'un, Evan... » souffla-t-il, comme s'il avait honte d'avouer cette inexpérience.

Il avait balancé ça sans savoir si ça le tenterait, mais c'était une autre solution, et mille fois préférable à celle qu'était en train de lui proposer Evan. C'était du suicide, si Byron s'en rendait compte, il risquait de renvoyer Evan... et ça, ça voulait dire le perdre. Hors de question !

« Ou alors on va se faire tatouer, je connais quelqu'un. » proposa-t-il, un léger sourire au coin des lèvres, désirant l'attirer vers d'autres images, d'autres possibilités.

Louis. Il connaissait Louis, avec qui il prenait des cours de dessin, et auquel, jamais, ô grand jamais, il n'aurait demandé de le tatouer. L'aiguille était juste flippante rien qu'à regarder.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Mer 23 Aoû - 6:27

Arthur lui proposait autre chose. Mais il était hors de question de faire demi tour. Hors de question que cet abruti gâche tout de la journée qu'il avait prévu. Des larmes de colère s'installèrent dans son regard. Peut être que voler le ferait renvoyer mais il irait vivre chez Hellias. Il retournerait pas en foyer. Il se retourna vers Arthur et tenta de se calmer. Arthur n'avait pas le droit de subir sa colère qui n'était tourné que vers une seule personne. Arthur était là avec lui. Il n'était pas seul. Il ne pourrait rien lui arriver. Et dans sa tête, milles idées se formaient. Une légère étreinte à Arthur, comme un adieu. Et il était parti vers Byron. Sans se faire voir. C'était pas Byron qu'il allait voler, c'était ses amis. Parce que lui il avait le droit à des amis et pas Evan? Le monde était vraiment pas juste. Il enfonça son bonnet au plus bas. Il tentait de ne pas se faire reconnaître de Byron. Son coeur battait à mille à l'heure. Le gamin voulait juste offrir la plus belle journée de sa vie à son ami. Parce que son ami méritait toutes les plus belles journées du monde. Cette motivation lui redonnait du courage. Il s'approcha de la table de Byron et prit le premier portefeuille qu'il trouva. Il le mit dans sa poche et il repartit. Cependant, il se fit arrêter par Byron lui même. Il lui demandait ce qu'il faisait là. Evan devait inventer une excuse. Une sortie au musée. Quelle connerie mais pourtant crédible. Et Evan n'avait jamais menti comme ça. Byron le fixait d'un regard plein de colère et Evan répondit. Il en avait marre de lui. Marre d'avoir une sorte de grand frère qui se prenait pour le père. Lâche-moi lui cracha-t-il à la figure. Il avait mal, Evan, ses anciennes douleurs. Et la peur d'être frappé à nouveau. Instinctivement, Evan plaça son bras libre devant son visage. Tout le monde les regardait. L'adolescent aurait pu en jouer s'il avait juste voulu emmerder Byron. Mais la peur était vraiment là. La respiration qui se bloquait aussi. Et ces regards.

Mais Byron le lâcha. Peut être qu'il devait se rappeler d'où venait Evan. Il n'était ps un simple gamin des rues. Il n'était même pas de la rue. Il lui lança juste le regard qui signifiait qu'il y aurait une discussion ce soir. Il pouvait mettre sa discussion où il le voulait. Evan ne voulait plus jamais rentrer chez eux. Le jeune garçon retourna rapidement vers Arthur. Il sortit le portefeuille de sa poche et lança:

"On a de quoi aller dans le meilleur restaurant du monde là."

Il sortit la liasse de billets et il jeta le portefeuille dans une poubelle.

"Pas besoin de se foutre à découvert en gardant ça... c'est juste la monnaie et les billets le plus important..."

Et jugeant qu'il y avait assez, Evan en donna la moitié à Arthur. Il n'avait pas voulu parler de l'altercation avec Byron. Ni même son plan de ne pas rentrer chez lui. Evan se sentait terriblement mal mais il ne voulait pas gâcher leur journée. Il aurait pu voler un portable pour dire à Hellias qu'il allait fuguer de chez lui. Mais non, même ça, il n'allait pas le faire.

"Allez viens, on va aller boire un truc, comme ça ça nous fera du bien à tous les deux...Et si jamais on te demande, tu dis qu'on était à une sortie au musée, c'est ce que j'ai dit à l'autre imbécile..."

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Mer 23 Aoû - 15:55

Il voyait dans ses yeux cette colère, ces larmes contenues, mais c'était comme s'il savait que rien ne se passerait. Evan était Evan. Il s'était attaché à lui, et il n'était pas certain de pouvoir imaginer sa vie sans lui, sans les autres, mais lui c'était devenu son meilleur ami, celui qui savait. Le seul qui savait. Mais ce n'était pas genre de choses que l'on confiait à n'importe qui... Arthur n'avait jamais ouvert la boîte de Pandore, jamais totalement. Son corps avait parlé à sa place pour faire condamner le vieux, mais ses lèvres n'avaient rien raconté. Juste confirmé tout au plus, lorsque la police lui avait posé des questions. Avec Evan, il n'avait pas besoin de parler, c'était naturel... on s'en remet, tu verras, tu iras mieux. Un aveu qui n'en est pas un. Une vérité qui lui dévore les lèvres. Alors oui, il tenait à lui, voulait qu'il avance, qu'il aille mieux, aussi quand il le prit dans ses bras pour l'étreindre, Arthur ouvrit de grands yeux... Cela ressemblait un peu trop à un adieu à son goût.

« Evan ! » s'exclama-t-il faiblement, mais son ami avait déjà filé, s'extirpant de la ruelle, et s'il avait insisté, il aurait attiré l'attention sur lui.

Aussi Arthur se laissa aller contre l'un des murs, attendant impatiemment qu'il revienne. Car il ne pouvait que revenir, obligatoirement. Il n'y avait pas d'autres possibilités. Il se mordillait la lèvre nerveusement, marquait un temps imaginaire à l'aide de son talon, alors qu'il ne faisait qu'attendre. Mais cela mettait trop de temps, beaucoup trop. Il allait passer le nez de l'autre côté, pour aller l'aider si besoin, lorsque Evan reparut enfin devant lui. Un soupir de soulagement s'extirpa de ses lèvres, bien qu'il jeta un œil dubitatif sur la prise victorieuse de son ami. Un portefeuille... et il n'en garda que l'argent. Mais avant que l'objet finisse à la poubelle, il l'intercepta, frottant le cuir avec sa veste, coincée entre sa paume et ses doigts.

« Faut effacer les empruntes, on sait jamais. » souffla-t-il, en se sentant un peu idiot.

Peut-être qu'il avait lu trop de livre policier, mais il n'avait pas envie qu'il arrive quoique ce soit à Evan, alors autant couvrir ses traces. Ce qui faisait de lui... son complice ? Plus encore lorsqu'il reçut la moitié du butin, que son ami lui donna et qu'il glissa sans un mot sans sa poche. Il s'était inquiété, il avait eu peur pour lui... Puis lorsque le brun l'incita à bouger, Arthur le fit, partant en sens inverse de la position de Byron. Inutile de provoquer le sort.

« Tu lui as parlé ? Qu'est-ce qu'il a dit ? » demanda-t-il en premier, avant d'hésiter un court instant, pour embrayer sur ce que lui avait raconté James l'autre soir. « On m'a dit que tu voyais un type... » Et puis quoi ? Ce n'était pas comme s'il allait lui faire une leçon de morale. Evan voyait qui il voulait, c'était juste qu'il s'inquiétait. « T'as pas de problème, hein ? »

La faute au portefeuille, à l'argent niché dans sa poche. Mais ce n'était pas le genre de question jetée au visage comme une accusation, juste le besoin d'être sûr qu'il allait bien, qu'il n'était pas dans la merde.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 26 Aoû - 9:25

Evan regarda Arthur. Son angoisse grandissait. Il y avait trop de choses qui s'accumulaient. Mais le fait qu'il ait du se confronter à Byron le rendait vulnérable. Il aurait pu craquer dans les bras d'Arthur, lui dire que cet horrible personnage lui rappelait son père. Il aurait pu lui dire qu'il en avait assez. Assez de vivre. L'angoisse lui faisait avoir de terribles pensées qui revenaient chaque jour de plus en plus. Mais il y avait Hellias. Il n'avait pas le droit de penser au pire. Non, Evan devait s'apaiser. Pour Arthur. Et alors que cette pensée fit redescendre ses pulsions morbides, une phrase d'Arthur lui fit perdre tous ses moyens. "On m'a dit que tu voyais un type..." Qui était ce on? Qui le fliquait comme ça? Tout se mélangea. Toutes ses émotions se mélangèrent jusqu'à le rendre nauséeux. Il était parti pour passer une journée au calme mais on avait tout gâché. Les larmes de peur coulèrent le long de ses jours. Il craquait. Mais pas de la bonne manière. Il avait peur. Peur de ne plus se contrôler. Peur de s'en prendre à Arthur alors que seul "on" était coupable.

Ses yeux fixèrent Arthur. Son regard amical s'était transformé en haine. Ses poings se serrèrent jusqu'à avoir mal. Qui était ce on? Evan s'en fichait bien. Pourtant il grogna:

"On n'a qu'à se mêler de ses affaires...." Ses mains le brûlait. Ses joues étaient trempées. Et les pensées si noires étaient de retour. Il tourna le dos à Arthur. Personne ne le laisserait tranquille. Ni à l'école, ni à la maison, nulle part. Oui, Evan le prenait mal, cette remarque. "On".. non... ils étaient en train de le détruire à petit feu. Et ils ne le remarquaient pas. Maintenant Arthur s'inquiétait de savoir s'il n'avait pas de problèmes. Evan aurait rit. Mais il aurait passé pour un fou. D'une voix cassée, il répliqua:

"Des problèmes? Mais si j'en ai... Et à cause de qui? De vous tous! C'est de votre faute!"

Evan avait crié. Il était en colère, il était malheureux et apeuré à la fois. Il avait crié contre Arthur qui n'était pour rien. Il avait eu la pensée de le frapper comme le faisait son père. Et Evan se détesta à nouveau. Les larmes redoublèrent et il planta Arthur là. Il ne voulait pas faire du mal à Arthur, il se pensait être le même monstre que son père et ça le rendait malade d'angoisse. Il fit quelques pas avant de prendre la ruelle parallèle. Un cul de sac. il alla s'asseoir à terre. Et il remonta ses genoux à sa poitrine. Il n'avait pas le droit d'être méchant avec son meilleur ami. Il n'avait pas le droit de penser de se faire du mal quand il y avait Hellias qui était là. Mais tout le monde semblait vouloir lui en faire du mal. Le "on" qui l'espionnait. Les gens qui le jugeaient. Evan qui avait peur de lui-même.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Sam 26 Aoû - 17:06

En quelques mots parfaitement innocents, Arthur venait d'entailler une ancienne blessure chez son ami. Des larmes gribouillèrent ses joues, et ce fut de la haine qu'il vit dans ses yeux. Il resta silencieux à fixer Evan se transformer sous ses yeux, lui tourner le dos, dire que le "on" n'avait qu'à se mêler de ses affaires. Puis vint l'accusation. Comme si Arthur était coupable au même titre que d'autres des problèmes qu'il pouvait avoir. Il venait de se rendre complice d'un vol de portefeuille, il avait effacé les empruntes de son ami, il avait glissé l'argent dans sa poche, il... Evan s'éloigna, s'enfonçant dans une autre ruelle.

Il aurait pu le laisser fuir, disparaître dans son moment de solitude, mais à la place, Arthur le suivit. Peut-être qu'il aurait disparu lorsqu'il arriverait, mais... à croire que le destin voulait lui donner un coup de main, puisque la ruelle était un cul de sac, une voie sans issue, et qu'Evan s'était finalement assis par terre, recroquevillé, genoux contre torse. Il s'avança vers lui en soufflant son prénom du bout des lèvres, « Evan... ». Il ne savait pas vraiment quoi lui dire. S'excuser ? Mais il n'avait pas l'impression d'être coupable de quoi que ce soit. Alors il laissa ses lèvres trembler légèrement lorsqu'il commença à parler, à avouer.

« Tu sais, j'dit jamais vraiment la vérité. » Il avait l'impression qu'un poids faisait pression sur son torse alors qu'il n'était pas allongé. Que sa respiration le brûlait pour une raison parfaitement invisible. « Mon père est pas mort, il est en prison pour ce qu'il m'a fait. » Le secret le mieux gardé des Blythe, celui qui faisait qu'il n'avait jamais eu besoin d'ouvrir les lèvres sur ce qu'il s'était passé, sur la raison. « Et un jour, il sortira. » Un jour...  Il se frotta nerveusement la nuque, avant d'esquisser quelques pas dans la ruelle, sans parvenir à s'immobiliser. « Si je te dis ça, c'est parce que j'ai confiance en toi, Evan. Mais aussi parce que moi aussi j'ai des yeux qui me suivent pour être sûr que ça va. Parce que j'ai jamais voulu parler. Que je raconte qu'il est mort alors qu'il pourrait réapparaître. Alors me demande pas de pas vouloir que t'ailles bien alors que j'tiens à toi. Tout ce que je voulais savoir c'est si t'allais bien, et que ce type je pouvais lui faire confiance parce que tu lui fais confiance... c'est tout. Et c'est ça tenir à quelqu'un. »

Il s'interrompit, la respiration presque essoufflée de sa tirade, alors qu'il posait son regard sur Evan, le surplombant, n'ayant pas le cœur de s'asseoir sur le sol, pas encore. Il le fixait, les sourcils se fronçant alors qu'il recommençait à parler, à affirmer.

« Tu peux me détester tant que tu veux, tu peux même frapper si ça te fait du bien, je saurai encaisser. Mais t'as pas le droit de dire que c'est ma faute. » qu'il déclara, les poings serrés, plus fort qu'on aurait pu le croire, parce que le temps l'avait endurci malgré ses faiblesses encore apparentes.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Lun 28 Aoû - 16:30

Evan en avait assez. Il était mal. Non il n'était pas bien du tout.Il aurait voulu avoir Hellias à l'instant. Mais il avait Arthur. Arthur avec qu'il avait été horrible à l'instant. Arthur... Arthur son meilleur ami. Arthur qui avait vécu des choses plus horribles que lui. Et il n'avait pas le droit. Non, il n'avait pas le droit d'être aussi méchant avec lui. Alors de le voir revenir, ça le rassurait. Un peu. Il n'avait pas perdu Arthur. Alors il cacha son visage dans ses mains. Il laissa les sanglots prendre le dessus avant de dire:

"Je suis désolé.... je suis désolé Arthur.... je..."

Il tenta de se calmer. Mais non, il n'arrivait pas à se calmer. A la maison, ce n'était pas la joie. Il n'avait pas l'impression d'être le bienvenue dans cette famille. A l'école, il n'avait qu'Arthur, Orion et James. Et encore parfois, il lui semblait ne pas être le bienvenu. Il n'était bien qu'avec Hellias avec qui il avait pleinement confiance. Et "on" venait de tout détruire en faisant croire à Arthur qu'Hellias était pas quelqu'un de bien. Evan se mit à trembler puis il reprit:

"Arthur... crois moi Hellias est quelqu'un de très bien... C'est celui que j'aime.... "


Il avait osé dire le mot. Alors qu'il n'étais même pas sûr qu'aimer soit un mot assez puissant pour ce qu'il ressentait pour Hellias. Mais il pouvait parler librement à Arthur. Il pouvait lui dire.

"Mais je ne vais pas bien... j'ai l'impression que personne ne veut de moi... Y a qu'Hellias qui veut de moi... J'en ai assez parfois.... et là ... là je suis au bout...."

Evan tremblait de plus belle et il murmura:

"Je vais faire une connerie Arthur.... Peut être juste assez pour que Byron veuille bien m'achever...."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Lun 28 Aoû - 16:58

Il avait haussé le ton, c'était rare qu'il agisse ainsi avec Evan, parce que c'était différent de tout ça ce qu'ils partageaient, et en même temps, cela semblait presque tellement logique. A présent, il l'entendait sangloter, alors qu'Evan s'excusait, laissant une sensation de malaise se glisser en lui. C'était pas ce qui voulait. Mais il restait là, debout, à l'écouter parler, lui expliquer qu'Hellias était quelqu'un de bien, qu'il l'aimait... Il n'y eut aucune jalousie, aucune douleur de savoir qu'Evan en aimait un autre, naturellement, il esquissa un petit sourire. Celui qu'il perdit en entendant son ami, son meilleur ami oser affirmer qu'il avait l'impression que personne ne voulait de lui, en dehors d'Hellias, et ça, ça lui fit mal. Fragile douleur qu'il puisse penser ça, qu'il ait pu le laisser penser ça. Et pire encore, à l'écoute de ce qui suivit. Arthur se laissa tomber à genoux face à lui, c'était le plus rapide, l'impulsion de l'instant. Il tendit les mains pour recouvrir les siennes, les écarter pour laisser son front venir s'accoler contre le sien.

« Je t'interdis de faire ça ! Tu m'entends Evan ? Je t'interdis de vouloir ça ! »

Il hurlait presque face à lui, un murmure qui se hurle, secret formulé un peu trop fort, reflet de l'amitié qu'il éprouvait, celle qui menaçait de déborder.

« Moi je veux de toi ! T'entends ! Moi je veux de toi ! » souffla-t-il, avant d'inspirer une gorgée d'air pour poursuivre. « T'es mon meilleur ami... mon... mon frère. Celui que j'ai choisi, et pas le hasard. Et tu pourras toujours compter sur moi... toujours, Evan. » Il le regardait fixement... « Et pour Hellias, je te crois. » Il esquissa un petit sourire à destination d'Evan, avant d'ajouter... « J'ai pas de couteau sur moi... mais si j'en avais un, on pourrait même faire le truc du sang, là. »

Il fallait bien une pseudo connerie pour illustrer ses propos. Mais il était sincère, il ne mentait pas. Il tenait à lui, comme s'il était son âme jumelle, un étrange reflet de lui-même façonné par le destin.

« Pis si t'as pas peur de partager ta chambre avec un intello, je peux tenter de pousser ma sœur à te laisser venir avec nous... si tu veux. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Mar 29 Aoû - 6:43

Arthur avait maintenant son front accolé contre le sien et Evan sut qu'il pourrait compter sur Arthur mais c'était trop dur. Personne et même Arthur ne pouvait pas comprendre.Arthur hurlait qu'il ne voulait pas qu'il le fasse. Et Evan savait qu'il le ferait. Arthur qui répétait que lui, il voulait bien d'Evan. Evan avait envie de le croire. Mais il savait que ça changerait rien. Les autres ne voudraient pas de lui. "On" continuerait de vouloir l'espionner. Byron continuerait de vouloir faire de sa vie un enfer. A l'école, on le verrait toujours comme un paria. Et l'école n'était plus du tout son truc. Evan avait l'impression que sa famille d'accueil décidait à sa place. Evan regarda alors Arthur dans les yeux et il murmura:

"Je sais Arthur... mais il n'y a que toi.... j'ai l'impression que James ne veut pas de moi dans le groupe... "
Il devenait parano. Il avait l'impression que James le détestait et qu'il l'acceptait que par politesse. Quant à Orion. Orion était parfois un peu trop collant. Mais il avait toujours cette impression de ne pas appartenir dans le même monde que les autres. Il était sans famille, personne n'avait voulu d'un gamin comme lui. Et la seule famille qui voulait de lui se comportait comme son père. Et puis il y avait Arthur. Arthur qui lui proposait de venir habiter chez lui. Il ne voulait pas le déranger. Ni lui, ni sa famille. Il secoua la tête et il reprit doucement:

"Je ne veux pas vous déranger.... et puis tu en aurais assez de moi... comme tout le monde... "

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Mar 29 Aoû - 15:14

Il l'entendit lui parler de James, et Arthur comprit pourquoi. Il avait lui-même déjà senti dans ses propos comme une envie qu'il s'implique moins. Malgré tout, il ne doutait pas du tout que son ami appréciait Evan, qu'il le considérait comme un membre du groupe. Marauders un jour, Marauders toujours. C'était inévitable, ils étaient un tout, un ensemble qui s'était constitué autour du nouvel arrivant. Un peu comme cela s'était produit autour de James Potter. Il le regarda, et si ses yeux s'égarèrent quelques secondes sur le côté tandis qu'il réalisait la justesse inexacte de ce qu'il avançait.

« Je pense pas que ce soit ça... James... c'est James. » Comme si ça expliquait tout, que ça justifiait ce qu'ils venaient de dire. Il esquissa un maigre sourire à l'image du blond dans son esprit. « Et je crois... je crois que c'est moi le problème, en fait. » qu'il souffla, se souvenant de l'échange qu'il avait eu avec James durant la soirée.

Celle où il avait senti la pensée assez arrêtée du blond concernant le fait qu'Evan devait sans doute aller très bien, et qu'Arthur ne devait pas s'inquiéter. Peut-être que c'était ça qui clochait. Sans doute que c'était ça, sauf qu'il ne savait pas vraiment pourquoi, alors il se voyait mal épiloguer sur la question.

« Il tient aussi à toi, tu sais. »

Puis la conversation dévia, partant sur la proposition d'Arthur de laisser Evan venir vivre avec eux, ce dernier secouant négativement la tête, avant d'ouvrir les lèvres.

« Tu sais, des fois tu vas m'énerver, des fois je vais t'énerver, mais c'est ça être frères. Ça voudra pas dire que j'en aurai assez de toi. Jamais. Pis je t'ai fait une promesse, et je compte bien la tenir : tu pourras toujours compter sur moi. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Ven 1 Sep - 11:49

Evan pouvait compter sur Arthur. Arthur qui faisait tout pour l'aider à reprendre confiance en les autres. Il avait ses mots, mots qui apaisaient le brun torturé par un passé trop ancré en lui. Et pourtant Evan ne pouvait pas dire à Arthur qu'il allait mal, c'était trop égoïste. Arthur qui avait toujours les mots pour faire céder Evan. Arthur son meilleur ami.. son frère. Et quand il parla de James, Evan comprit qu'un truc devait se tramer entre ses deux meilleurs amis. Et que James devait surement croire qu'Evan voulait prendre la place de James auprès d'Arthur. Bien sûr qu'à un moment, il y a crut lui aussi. Il a cru être amoureux d'Arthur. Mais aujourd'hui les mots employés par Arthur et ses sentiments pour Hellias, lui prouvait le contraire. Mais même si Arthur était comme son frère, il ne pouvait lui dire qu'il voulait faire une connerie. Evan ferma les yeux quelques secondes. Il imaginait encore une fois que sa mère viendrait dans la rue, qu'elle le lèverait et qu'elle l'emmènerait vivre avec elle, en s'excusant d'être partie. Mais il pouvait toujours rêver. Il rouvrit les yeux et il dit d'une voix plus douce:

"Je... .. d'accord... je veux bien faire un essai... mais tu vas en avoir très vite marre de moi... et ta famille aussi... j'ai du mal à rester en famille ... le foyer me manque.. Parce qu'au moins, je vivais pas dans la peur... "
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   Dim 3 Sep - 14:54

Il l'observait, attentif, se demandant ce qui pouvait bien passer par la tête de son meilleur ami à cette seconde. Néanmoins, lorsqu'Evan lui annonça qu'il était d'accord pour faire un essai, Arthur laissa un sourire noyer ses lèvres. Peut-être que comme il le disait ça ne fonctionnerait pas. Peut-être que les familles ce n'était pas pour lui. Mais on ne savait jamais. Peut-être que celle un peu bancale d'Arthur pourrait l'aider, l'empêcher de faire une bêtise. Parce qu'il n'y avait pas d'hommes qui vivaient avec eux. Son frère passait à l'occasion, mais c'était différent. Et puis, il serait plutôt du genre à frapper les autres pour défendre les plus faibles, comme lui par exemple. Et puis même, ils n'étaient que deux dans cet appartement, sans doute qu'elle verrait d'un bon oeil le fait qu'il échange avec un autre gamin, un abîmé par la vie, un pâle reflet de lui-même. A moins que cela l'inquiète, mais il insisterait tant et si bien qu'elle finirait bien par accepter de faire un essai. Même s'il faudrait sans doute convaincre la famille d'accueil d'Evan de ne rien faire contre ça, pour éviter qu'ils fichent tout à l'eau, et que son ami puisse aller mieux. Pas bien. Mieux... avec l'aide de cet Hellias, il l'espérait, sincèrement.

« Je vis qu'avec ma sœur, tu sais. Peut-être que ça la rassurera de voir que je parle à quelqu'un. » souffla-t-il en réponse à ses premiers mots. « Tu verras bien, de toute façon. C'est qu'un essai. Pis t'auras pas à avoir peur à l'appartement. »

Il restait auprès de lui. Les gestes brisés, leurs deux corps immobiles au milieu de cette ruelle en cul de sac. Peut-être qu'il avait raison. Peut-être que le foyer serait mieux pour lui, mais cela signifierait sans doute qu'il quitte l'école... et ça c'était hors de question.

« Tu veux venir voir ? » souffla-t-il finalement.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Don't want to let you down (evan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't want to let you down (evan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evan Paskowitz, le Gangrel.
» [Révélations mises sous spoil] Arianna Barde (Discussions et images)
» l'amour est comme l'oiseau de twitter, on est bleu de lui seulement pour 48h. (evan)
» EVAN ✤Les plus courtes folies sont toujours les meilleures.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Come and Play :: la corbeille.-
Sauter vers: